Nantes: Citad'elles, un lieu refuge et de ressources pour les femmes victimes de violences

VIOLENCES Les locaux, qui abritent 16 profesionnels et des permanences d'associations, sont accessibles 24h/24

Frédéric Brenon

— 

Une femme dans les locaux de Citad'elles, lieu de ressources pour les femmes victimes de violences, à Nantes.
Une femme dans les locaux de Citad'elles, lieu de ressources pour les femmes victimes de violences, à Nantes. — F.Brenon/20Minutes
  • Citad'elles est conçu pour les femmes majeures et leurs enfants co-victimes résidant dans la métropole nantaise.
  • Le site, extrêmement sécurisé, est ouvert sept jours sur sept et propose des hébergements d'urgence.
  • Le projet est financé par la ville de Nantes.

C’est un lieu unique en France qui ouvre ses portes ce lundi à Nantes. Une date pas choisie au hasard puisqu’il s’agit de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Installé au septième étage d’un immeuble proche de la Loire, le long de la ligne 3 de tramway, Citad’elles se présente comme un « centre de consultation post-traumatique pour les femmes victimes de violences ».

Concrètement, toutes les habitantes majeures de la métropole nantaise peuvent y être accueillies, de même que leurs enfants co-victimes. Quelles que soient les formes de violences subies : physiques, sexuelles, psychologiques ou verbales… « Elles peuvent se produire dans la sphère conjugale, familiale, au travail ou sur la voie publique… On ne fait pas de tri. On reçoit toutes les victimes en essayant de leur apporter l’écoute et les réponses dont elles ont besoin », justifie Valérie Alassaunière, directrice de Citad’elles.

Ouvert nuit et jour

Les locaux sont accessibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept, même sans rendez-vous. Une exigence de la ville de Nantes. « Mobiliser du personnel jour et nuit, évidemment, ça coûte cher. Mais on ne choisit pas l’heure où on subit des violences », insiste Johanna Rolland, maire de Nantes. Trois logements d’une capacité totale de 12 personnes pourront être mis à disposition « à toute heure » et « pour plusieurs jours ».

Plus qu’un refuge, Citad’elles est surtout un centre de ressources pluridisciplinaire. Seize professionnels, parmi lesquels des travailleurs sociaux, une infirmière, un psychiatre et une éducatrice spécialisée pour enfants, y travaillent continuellement. Des structures (CAF, ordre des avocats de Nantes) et associations (Planning Familial, France Victimes, Solidarité Femmes, SOS Incestes, Question Confiance…) sont aussi présentes pour apporter leurs compétences et services, que ce soit un simple conseil ou une aide administrative plus complexe.

La sécurité tient une place centrale

« L’idée est que ces victimes racontent une seule fois leur histoire, pas deux, et qu’elles n’aient pas besoin de courir aux quatre coins de la ville. C’est la force de ce lieu », insiste Valérie Alassaunière. Même la police et la gendarmerie y auront une permanence hebdomadaire avec une équipe spécialisée afin de « faciliter le dépôt de plainte ».

Répartis sur 750 m2, les locaux regroupent des salles de repos, un espace enfants, des salles de consultation et des salles de réunion. Le mobilier et l’éclairage ont été pensés « dans les moindres détails » pour être « réconfortants ». Et la sécurité tient une place centrale (agents de sécurité, caméras, porte blindée, visiophone…). La police peut également se rendre disponible pour accompagner la victime si besoin.

Une initiative de la ville

La mairie de Nantes a dépensé 1,8 million d’euros pour l’ouverture de Citad’elles. Le fonctionnement annuel (environ 2 millions d’euros) est assumé par la ville et le conseil départemental de Loire-Atlantique.

A Tours, un espace d’accueil et d’orientation pour les femmes victimes de violences a ouvert ses portes en avril, dans les locaux de SOS médecins. Mais il ne propose pas d’hébergement d’urgence et va moins loin dans la pluridisciplinarité. A Saint-Denis, il existe également une Maison des femmes, aux missions comparables, mais elle n’est pas accessible 24 h/24.

Citad’elles se trouve au 8 boulevard Vincent-Gâche à Nantes. Contact : 02 40 41 51 51¶

Deux journées inaugurales vendredi et samedi

En prévision de l’ouverture de Citad’elles, la ville de Nantes et les associations ont organisé vendredi et samedi deux jours de tables rondes, rencontres, ateliers et spectacles consacrés aux violences faites aux femmes. A l’Espace Port-Beaulieu Adelis, boulevard Vincent-Gâche.