Réforme des retraites : Trains, écoles, hôpitaux… Qui fera grève le 5 décembre ?

TRANSPORTS La mobilisation du 5 décembre, contre la réforme des retraites, devrait être très suivie

20 Minutes avec AFP

— 

Un gilet rouge de la SNCF (image d'illustration).
Un gilet rouge de la SNCF (image d'illustration). — FRED SCHEIBER/SIPA

Trains, bus, écoles, ramassage des ordures, hôpitaux… Plusieurs millions de salariés du public et du privé sont appelés à faire grève, le 5 décembre, contre la réforme des retraites.

20 Minutes fait le point sur les secteurs en grève.

Transports ferroviaires

A la SNCF, les trois principaux syndicats représentatifs appellent à la grève. Un mouvement illimité pour défendre les retraites « de l’ensemble des salariés » car « les régimes spéciaux (dont celui des cheminots) comme le régime général sont ciblés » par la réforme, a souligné la CGT-Cheminots, l’Unsa ferroviaire et SUD-Rail. Les voyageurs sauront « le 3 décembre dans l’après-midi » quels trains circuleront le 5, a précisé l’entreprise. « Le 5 on commence, le 6 on continue », a déclaré mardi lors d’une manifestation Laurent Brun, le secrétaire général de la CGT Cheminots. « Il y aura une grosse journée de mobilisation le 5 toutes catégories confondues »​, y compris dans l’encadrement où règne « un très fort mécontentement sur les retraites », a estimé Laurent Brun. La CFDT-Cheminots n’appelle pas à la grève mais n’exclut rien. « Pour éviter un conflit préjudiciable à tous, nous continuons d’appeler le gouvernement à prendre dès jeudi ou aussitôt que possible des décisions concrètes et claires susceptibles de répondre aux attentes des salariés », a expliqué Sébastien Mariani.

Après l’électrochoc de la grève très suivie le 13 septembre, qui avait mis Paris quasiment à l’arrêt, les trois syndicats représentatifs de la RATP appellent cette fois-ci à une grève illimitée contre la réforme. « Le 5 décembre sera a priori aussi fort que le 13 septembre », a estimé Fabrice Ruiz de la CFE-CGC. « Ce sera une très grosse journée » au vu des « remontées du terrain et des déclarations des agents qui doivent prévenir à l’avance s’ils seront grévistes », a expliqué Bertrand Hammache de la CGT. « On n’est pas très inquiet pour le 6 décembre », qui devrait voir la grève se poursuivre, a noté Thierry Babec de l’Unsa. Le 13 septembre, le trafic avait été très fortement perturbé sur le réseau. Du jamais-vu depuis 2007.

Transport routier et urbain

La CGT et FO appellent à une grève illimitée dès le 5 décembre dans le transport urbain et routier de voyageurs, de marchandises, de fonds. Un appel qui concerne également les ambulanciers, déménageurs ou les taxis. « On fait ce qu’il faut pour que ce soit suivi », a indiqué Patrice Clos de FO Transports et Logistique. « Pour le transport urbain et le transport routier de voyageurs, des notifications avant préavis de grève, assez nombreuses, ont été déposées », par exemple « à Lyon, Montpellier, Bordeaux », a-t-il précisé. Dans le privé, aucun préavis n’est nécessaire.

Secteur aérien

Chez Air France, les syndicats de pilotes et ceux des hôtesses et stewards n’appellent pas à la grève. En revanche, trois syndicats particulièrement implantés auprès du personnel au sol ont déposé des préavis : FO, premier syndicat toutes catégories, qui souhaite un mouvement reconductible, comme la CGT. SUD-Aérien veut mobiliser le 5, en scandant « ni retraite à points, ni droits en moins ».

Les grévistes impliqués dans l’exploitation aérienne – navigants ou personnel au sol – doivent se déclarer individuellement au plus tard 48 heures avant le début du conflit pour permettre à la compagnie de s’organiser et d’informer ses passagers. Chez les contrôleurs aériens, le SNCTA, premier syndicat, n’appelle pas à la grève, contrairement à l’USAC-CGT, numéro deux. Ces fonctionnaires sont soumis à un système d’astreinte destiné à assurer un service minimum mais une mobilisation importante pourrait engendrer retards ou annulations de vols.

Éducation

La plupart des syndicats enseignants (Snes-FSU, Snuipp-FSU, le SE-Unsa, le Snalc, Solidaires…) ont appelé les quelque 900.000 enseignants des premier et second degrés à la grève. Selon Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU (le premier syndicat du primaire), 10 à 20 % d’écoles annoncent déjà qu’elles seront fermées le 5 décembre, et 60 % d’enseignants seront grévistes. Les enseignants ont jusqu’à 48 heures avant le jour de grève pour se prononcer, mais elle prévoit d’ores et déjà « un mouvement très suivi ».

Le service d’accueil dans les écoles sera « très compliqué car il y aura des grévistes également du côté des personnels non enseignants (Atsem), personnels de cantine et aussi des transports ». Des syndicats lycéens (Fidl, UNL, MNL) se sont joints au mouvement, ainsi que des syndicats étudiants comme l’Unef, dans la foulée des mobilisations pour alerter sur la précarité étudiante.

Energie

Trois des quatre syndicats représentatifs – CGT, FO et l’alliance CFE-CGC-Unsa – appellent à la grève alors que les 140.000 électriciens et gaziers ont leur propre régime. Les foyers n’ont pas à craindre de coupure de courant, mais la CGT appelle à des baisses de production d’électricité, des coupures de bâtiments publics d’État (hors lieux de santé) d’opérateurs privés et « d’entreprises qui licencient ».

Carburants

« Il y a des appels à la grève dans les sept raffineries françaises », précise la CGT Chimie, qui n’exclut pas des arrêts de production. Toutefois, les stocks rendent improbable une pénurie à la pompe à court terme.

Collecte des déchets

Les personnels des régies privées ou publiques chargées de la collecte des ordures ménagères et de leur traitement devraient être fortement mobilisés avec d’importants mouvements déjà prévus à Marseille et Montpellier notamment, selon la CGT des services publics.

Secteur hospitalier

Dans un contexte de grève des urgences qui dure depuis huit mois, CGT, FO, SUD et le collectif Inter-Urgences ont relayé l’appel à la grève du 5, mais la date ne fait pas l’unanimité dans le secteur où une journée d’action spécifique est programmée le 17 décembre. Les internes sont appelés à la grève à partir du 10.

Justice

Le Conseil national des barreaux a voté une journée « justice morte » pour le 5 décembre. Les avocats veulent défendre leur « régime autonome » qui, selon eux, fonctionne « parfaitement » et ne coûte « pas un euro » à l’Etat. Le Syndicat de la magistrature et le Syndicat des avocats de France, tous deux classés à gauche, ont également appelé à la grève, à la fois sur les retraites et contre « des projets de réforme mal conçus qui ne font que dégrader le service public de la justice ».

Police

Les syndicats Alliance et Unsa ont lancé un appel pour des actions le 5 décembre​ de 10 heures à 15 heures dans tous les services de police. Fermeture symbolique des commissariats, refus de rédiger des PV, contrôles renforcés aux aéroports et aux péages : diverses actions sont prévues. Pas question pour autant de rejoindre les cortèges de manifestants, a affirmé mercredi le secrétaire général d’Alliance Fabien Vanhemelryck, expliquant qu’il s’agissait pour les policiers de « manifester autrement ».