Affaire Barbarin : Après la sortie d'un portrait peu flatteur du cardinal, ses avocats dénoncent une enquête «marypoppinesque»

EGLISE Les avocats de l’archevêque de Lyon ont réagi sommairement après la parution dans l’Obs d’une enquête sur le cardinal Barbarin le mettant en cause dans une affaire de harcèlement

20 Minutes avec AFP

— 

Philippe Barbarin
Philippe Barbarin — SIPA

Une enquête fouillée qui égratigne clairement l’image du Primat des Gaules. Les avocats du cardinal Philippe Barbarin « regrettent » la parution ce mercredi dans L'Obs d’une enquête selon eux « abracadabrantesque », menée par l’auteur du livre Sodoma, à quelques jours de la tenue du procès en appel de l’archevêque de Lyon, le 28 novembre.

« Nous regrettons la parution dans un hebdomadaire d’une "enquête", ou se voulant telle, concernant Monsieur Philippe Barbarin, évêque de Lyon, et ce à quelques jours de l’audience d’appel devant la cour de Lyon », écrivent dans un communiqué transmis à l’AFP Mes André Soulier et Jean-Félix Luciani.

Un ancien séminariste accuse le cardinal

L’enquête de Frédéric Martel, qui brosse dans l’hebdomadaire un portrait peu flatteur de Mgr Barbarin, est "abracadabrantesque, marypoppinesque", estime Me Soulier. L’auteur cite notamment, dans ce long article intitulé « La face cachée de Barbarin », un ancien séminariste, aujourd’hui marié, qui accuse le cardinal de « harcèlement moral et sexuel », tout en reconnaissant qu’il n’y avait eu aucune agression sexuelle.

Mgr Barbarin a été condamné le 7 mars à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’agressions pédophiles commises par un prêtre de son diocèse, le père Bernard Preynat. Ses avocats ont fait appel et le cardinal a alors annoncé qu’il allait remettre sa démission au pape. Démission refusée par ce dernier, qui a invoqué « la présomption d’innocence ». Depuis, le cardinal Barbarin s’est mis en retrait dans son diocèse.

Les avocats précisent dans leur communiqué que le cardinal Barbarin avait proposé « à l’auteur de cette "enquête", qui souhaitait un rendez-vous, une rencontre au mois d’avril 2020, c’est-à-dire une fois les échéances judiciaires passées ». Celles du procès en appel de Mgr Barbarin, dont la décision pourrait intervenir début 2020, et du procès du père Preynat, programmé du 13 au 17 janvier.

Mes Soulier et Luciani et leur client « attendent pour leur part l’audience prochaine, réservant ainsi leurs explications aux juges de la cour d’appel de Lyon », ajoutent les avocats. Frédéric Martel a publié en début d’année « Sodoma », un livre choc et best-seller, sur l’homosexualité au sein de l’Église catholique.