Acte 53 des « gilets jaunes » : Oui, une camionnette de la Ville de Paris a bien été utilisée pour alimenter un incendie

FAKE OFF Des photos très partagées d’une camionnette de la Ville de Paris aperçue sur la place d’Italie, pendant l’acte 53 des « gilets jaunes », où elle aurait servi de ravitaillement à un incendie, alimentent les soupçons de certains internautes

Alexis Orsini

— 

La  camionnette de la Mairie de Paris photographiée place d'Italie, le 16 novembre 2019.
La camionnette de la Mairie de Paris photographiée place d'Italie, le 16 novembre 2019. — CGN
  • Des agents municipaux de la Ville de Paris auraient-ils aidé des manifestants de l’acte 53 à alimenter un feu ?
  • C’est ce que pensent plusieurs internautes ayant vu les photos d’une camionnette municipale déchargée de son contenu par des manifestants.
  • Si la camionnette était bien présente place d’Italie et a été utilisée dans ce but, c’était au contraire à l’insu des agents municipaux présents à bord, selon la Mairie de Paris.

L’un des (nombreux) feux qui a brûlé sur la place d’Italie, lors de l’acte 53 des « gilets jaunes », samedi, a-t-il bénéficié d’un surprenant coup de pouce de la Mairie de Paris ?

Telle est la question posée indirectement par un internaute dans un post Facebook viral, partagé plus de 8.000 fois, montrant un véhicule vert estampillé du logo « propreté de Paris » à l’arrêt sur la place, tandis que des manifestants vêtus de noir en extraient le contenu pour le déposer sur le sol.

« J’étais aux abords de la place d’Italie le 16, un feu était déjà présent sur cette place, qu’elle [ne] fut ma surprise à l’apparition d’un camion de la ville [venu] tranquillement déverser des palettes au nez des CRS et repartir tranquillement. Peut-on m’expliquer ???? », interroge ainsi le post, dont les photos ont aussi été reprises par Jérôme Rodrigues sur Twitter.

FAKE OFF

Contacté par 20 Minutes, l’auteur du post, qui préfère rester anonyme, précise : « Nous sommes venus en petit groupe pour soutenir les “gilets jaunes” et nous étions dès 9h30 aux abords de la place d’Italie, mais les photos en question ont été prises par une collègue une heure après. »

La « collègue » en question, Natacha, date encore plus précisément ses prises de vue, réalisées à la sortie du boulevard Auriol, qui débouche sur la place d’Italie : « J’ai pris deux photos de la camionnette, l’une à 10h34, l’autre à 10h35. Mais dès 10h32, un feu brûlait à quelques mètres sur la place. »

« J’ai pris [peu d’images] car des gens que je prenais pour des black blocs – ce qui reste à voir – criaient pour qu’on ne filme pas et ne prenne pas de photos, les personnes qui nous hurlaient de ne pas filmer déchargeaient le matériel… [ou] étaient proches de celles-ci », précise-t-elle.

Des agents municipaux chargés de retirer les obstacles

Si 20 Minutes n’a pas été en mesure de confirmer l’heure exacte du passage de la camionnette sur les nombreux directs réalisés sur cette zone, nous avons en revanche pu consulter une vidéo montrant le fameux véhicule, à l’arrêt sur le bord de la place, tandis que des manifestants (souvent avec le visage masqué) y récupèrent du bois, qu’ils jettent directement dans le feu allumé à quelques mètres, pour l’alimenter. La séquence dure quelques secondes, avant que l’un d’eux ne crie « Les keufs, les gars ! Ils arrivent ! » et que la camionnette ne reparte lentement en direction du cordon de policiers établi plus loin, à distance des manifestants.

Contactée par 20 Minutes, la Mairie de Paris confirme la présence d’un véhicule de la Direction de la propreté et des eaux (DPE) : « Les agents effectuaient un contrôle préalable du parcours de la manifestation pour en retirer les dépôts sauvages, comme cela est requis par la préfecture de police avant chaque manifestation. La place d’Italie étant alors encore ouverte à la circulation et les équipes travaillant jusqu’au dernier moment, ils se sont retrouvés entourés par les premiers manifestants présents sur la place. »

« Les palettes ont été déchargées par les manifestants, contre l’avis des agents de la Ville qui n’étaient pas en position de refuser, bien qu’il n’y ait eu aucun contact difficile avec les manifestants, ni aucune menace à l’encontre des agents », ajoute la municipalité. Mais selon Natacha, le véhicule se serait arrêté de son plein gré, sans y être contraint : « Très clairement, personne n’a fait barrage ni n’a empêché cette camionnette d’avancer. Elle s est arrêtée à la stupéfaction de tous. » Une affirmation partagée par l’internaute à l’origine du post et présent à ses côtés : « Le camion s’est arrêté de lui-même. »

« Le protocole d’action des agents de la DPE en pareil cas est très clair, rappelé à chaque manifestation : principe de précaution, pas de mise en danger des agents, préservation tant que possible du véhicule, pas d’inutiles provocations verbales notamment », conclut pour sa part la Mairie de Paris.