VIDEO. Pourquoi quatre jours après les chutes de neige 30.000 foyers sont toujours sans électricité ?

INTEMPERIES Des milliers de foyers sont encore sans électricité ce lundi après les chutes de neige précoces qui se sont abattues sur Auvergne Rhône-Alpes le 14 novembre

Elisa Frisullo

— 

A Bourgoin-Jallieu, en Isère, le 15 novembre 2019.
A Bourgoin-Jallieu, en Isère, le 15 novembre 2019. — ALLILI MOURAD/SIPA
  • Quatre jours après les chutes de neige qui ont touché Auvergne Rhône-Alpes, 29.000 foyers vivaient toujours sans électricité ce lundi midi.
  • Enedis a mobilisé des milliers d’agents sur le terrain depuis jeudi pour procéder aux réparations.
  • Pourquoi tout n’est pas encore rentré dans l’ordre dans de multiples villages de la Drôme, d’Ardèche, du Rhône et de l’Isère ?

« Il fait dix degrés dans la maison, un vrai frigo. Depuis jeudi, ça commence à faire long ». Depuis le 14 novembre et les 10 à 40 centimètres de neige qui se sont abattus sur l'Auvergne Rhône-Alpes, cette habitante d’Eyzin-Pinet (Isère) ne cache pas son désarroi sur la page Facebook de cette commune, où les informations sont diffusées aux habitants en temps réel.

Ce village de 2.300 âmes, situé au sud est de Vienne, fait partie des multiples communes de la région à avoir subi de plein fouet les coupures d'électricité qui, au plus fort de l’épisode neigeux précoce, ont touché 330.000 foyers du sud est de la France. Des dégâts sur les installations électriques qui n’ont pas encore tous été réparés, Enedis comptant ce lundi midi encore 29.000 foyers concernés, essentiellement dans le Drôme et l’Ardèche et dans une moindre mesure dans le Rhône.

A Eyzin-Pinet, après une nouvelle nuit difficile marquée par la panne d’un groupe électrogène obtenu par la mairie, tout est presque rentré dans l’ordre ce lundi matin. Quelques hameaux sont encore dans le noir et sans chauffage, mais la solidarité entre habitants et la mobilisation de la municipalité a permis aux habitants de tenir. Toutefois, dans ce village comme dans les centaines de communes concernées par les coupures d’électricité, dans le Vercors (Drôme-Isère) notamment, beaucoup peinent à comprendre pourquoi les dégradations ont été si longues à réparer. « Il y a pire dans la vie. Mais j’ai bien l’impression que ce soir, on va encore passer la nuit sans chauffage et électricité. En 2019, ça craint », souligne ce lundi une riveraine d’Eyzin-Pinet.

Un épisode neigeux exceptionnel

Interrogée sur ce point, Enedis, qui a mobilisé tout le week-end 2.300 agents sur le terrain, rappelle le côté exceptionnel de ce phénomène climatique. « Autant de neige en cette période de l’année, nous n’avions pas vu cela dans cette région depuis une dizaine d’années », assure un porte-parole à 20 Minutes. Cette neige précoce est venue recouvrir les arbres, encore en feuille pour la plupart. « La neige s’est agglutinée sur ces arbres et est venue alourdir les branches encore chargées de feuilles. En cédant, de nombreuses branches ont chuté sur des installations électriques », ajoute-t-il. Particulièrement lourde, cette neige « collante » est également venue « confectionner un manchon » sur les fils électriques, les faisant tourner sur eux-mêmes. « Cela fragilise les lignes ou les fait céder », précise le porte-parole.

A ce phénomène particulier s’est ajoutée, pour les agents, la difficulté à accéder à certains villages aux routes endommagées ou peu praticables. « Et puis, dans les deux jours suivant l’épisode neigeux, le ciel était très bas. Cela a rendu impossible dans de multiples secteurs le renfort aérien (hélicoptères, drones) prévu dans ces cas-là pour établir un diagnostic sur les lignes électriques endommagées », ajoute-t-on chez Enedis.

Un local ouvert par la mairie

Pour accélérer le retour de l’électricité dans les villes et villages sinistrés, la société a fait appel à la Force d’intervention rapide électricité ces derniers jours. Des équipes de Paca, Bourgogne, ou encore d’Occitanie, de Nouvelle-Aquitaine et du Centre-Val-de-Loire sont ainsi venues prêter mains fortes aux agents Enedis. Dans les situations les plus compliquées, des centaines de groupes électrogènes ont été mises à disposition des municipalités par Enedis.

Ce lundi, de nouveaux appareils sont ainsi arrivés dans les communes de la Drôme et l’Ardèche où des habitants s’apprêtaient à passer une nouvelle nuit de galère. A Eyzin-Pinet, pour abriter les habitants toujours sans électricité, un local, désormais chauffé, sera ouvert par la mairie toute la nuit.