« Gilets jaunes » : Indignation après la dégradation de la stèle du maréchal Juin à Paris

VANDALISME Une partie du monument dédié au maréchal Juin, place d’Italie, a été dégradée samedi pour servir de projectiles à des casseurs

H. B.

— 

Des incidents ont éclaté avant le début du cortège des "gilets jaunes", place d'Italie à Paris, le 16 novembre 2019.
Des incidents ont éclaté avant le début du cortège des "gilets jaunes", place d'Italie à Paris, le 16 novembre 2019. — MARTIN BUREAU / AFP

L’acte 53 des « gilets jaunes » a donné lieu samedi à de nombreuses scènes de violences dans la capitale, notamment aux abords de la place d’Italie. Parmi les différentes scènes de casse, la dégradation du monument en hommage au maréchal Juin a fait particulièrement réagir la classe politique.

Une partie de la stèle dédiée au héros de la campagne d’Italie a été détruite pour servir de projectiles à des casseurs.

« Un manque criant de sens et de respect »

La ministre des Armées, Florence Parly, a dénoncé « un manque criant de sens et de respect ». « Notre mémoire nationale est le ciment de nos valeurs républicaines. Détruire ce qui nous rassemble traduit un manque criant de sens et de respect », a-t-elle tweeté.

Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, s’est également indignée et a demandé une « condamnation sévère » pour les auteurs de l’acte.

Alors qu’on lui montrait des images de casseurs s’attaquant au monument historique, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a quant à lui expliqué qu'« ils ne s’en prenaient pas au monument du maréchal Juin. Ils fabriquaient des armes, ont cassé les plaques de marbre parce qu’ils avaient bien conscience qu’elles étaient dangereuses et ils s’en sont servis comme des projectiles contre nos forces de sécurité », a expliqué le ministre.

Pour l’anniversaire de la première manifestation des « gilets jaunes », 254 personnes ont été interpellées samedi dont 175 à Paris, a indiqué ce dimanche le ministre de l’Intérieur.