« Gilets jaunes » : A quoi faut-il s’attendre ce week-end pour le premier anniversaire du mouvement ?

MOBILISATION Les « gilets jaunes » espèrent remobiliser, ce week-end, un an après le samedi inaugural du mouvement, qui avait réuni près de 282.000 manifestants

M.A. avec AFP

— 

Les "gilets jaunes", qui peinent à mobiliser, ont battu le rappel des troupes pour le premier anniversaire du mouvement social ce week-end,.
Les "gilets jaunes", qui peinent à mobiliser, ont battu le rappel des troupes pour le premier anniversaire du mouvement social ce week-end,. — Zakaria ABDELKAFI / AFP

Pour le premier anniversaire du mouvement social ce week-end, les « gilets jaunes », qui peinent à mobiliser depuis des mois, ont battu le rappel des troupes. A Paris, les autorités s’attendent samedi à l’afflux de « plusieurs milliers » de personnes, dont des manifestants radicaux.

Pour retrouver la forte mobilisation de l’année dernière, plus de 200 actions, du simple tractage à la manifestation en passant par l’occupation d’un rond-point, ont été programmées ce week-end, sur toute la France. Quelles sont les actions prévues ? 20 Minutes fait point.

  • Manifestation sur les Champs-Elysées

Une manifestation est prévue sur les Champs-Elysées, samedi de 10 heures à 22 heures, avec une opération escargot sur le rond-point de l’Etoile de 14 heures à 17 heures. Sur Facebook, l’événement, qui réunit plus de 5.000 participants et plus de 6.700 personnes intéressées, est baptisé « Acte 53 Gilets Jaunes l’anniversaire sur les Champs-Élysées ».  Thierry Paul Valette, le co-fondateur du collectif des « Gilets jaunes citoyens », a annoncé sur son compte Twitter que la préfecture de police de Paris n’avait pas autorisé ce rassemblement sur les Champs-Elysées. Depuis le 16 mars dernier, où des violences avaient éclaté, les rassemblements sont interdits sur la célèbre avenue.

« Il existe des risques sérieux pour que des éléments à haute potentialité violente viennent se greffer à votre rassemblement afin de s’approcher de la présidence de la République, d’en découdre avec les forces de l’ordre, de commettre des dégradations du mobilier urbain et des boutiques de luxe », a estimé la préfecture de police. Malgré le refus des autorités, le collectif « maintient l’appel », conseillant aux manifestants de « retirer » leurs gilets.

  • Manifestation de la place d’Italie à Gare du Nord

Une autre manifestation, qui partira de la place d’Italie (13e arrondissement) à 14 heures en direction la place Franz Litz, près de Gare du Nord (10e), a été autorisée par la préfecture de police de Paris. La mobilisation a été organisée par Priscillia Ludosky, autre figure des «gilets jaunes», du militant associatif Faouzi Lellouche et de l’avocat David Libeskind. Ils ont également obtenu l’autorisation d’organiser un rassemblement statique place Joachim du Bellay (1er arrondissement) dimanche.

  • Opération escargot sur le périphérique

Opposé aux manifestations déclarées, Eric Drouet, l’un des leaders du mouvement, a appelé dans une vidéo en ligne sur sa page Facebook à une « opération escargot »​ sur le boulevard périphérique à partir de 10 heures puis sur les Champs-Elysées à partir de 14 heures.

Le chauffeur routier, qui refuse de se présenter comme un organisateur, a également évoqué l’idée d’un rassemblement à pied « hors de la zone interdite », dans un lieu encore non déterminé, puis de rejoindre l’avenue « sans signes distinctifs, ni gilets jaunes ».

  • Des manifestations, des péages et des ronds-points bloqués

Ailleurs, des rassemblements sont programmés dans plusieurs grandes villes dont Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Toulouse. Des appels à réinvestir les ronds-points, avec ou sans blocages, ont également été lancés à Besançon, Calais, Colmar, Dole, Dunkerque ou Montpellier. Des barrages au péage de Virsac (Gironde) sur l’A10, saccagé fin novembre 2018, et au niveau de sorties d’autoroutes sur l’A7 dans le Vaucluse ou sur l’A47 dans la Loire ont aussi été annoncés.

Dimanche, des rassemblements sont également prévus à Paris et en province. Un hommage sera notamment organisé en mémoire d’une manifestante de 63 ans tuée au premier jour des manifestations l’an dernier après avoir été percutée par une voiture sur un rond-point de Pont-de-Beauvoisin (Isère). Une minute de silence est prévue dans la commune.