Nantes : Le campus du Tertre bloqué par des manifestants, les cours sont annulés

SOCIAL Des manifestants bloquent les bâtiments pour dénoncer la précarité étudiante, une semaine après l’immolation d’un étudiant lyonnais

F.B.

— 

Le campus du Tertre bloqué, le 6 décembre 2018, à Nantes.
Le campus du Tertre bloqué, le 6 décembre 2018, à Nantes. — J. Urbach/ 20 minutes

Les cours sont officiellement annulés ce vendredi sur le campus du Tertre de l’université de Nantes. Plus de 200 jeunes manifestants se sont en effet mobilisés ce matin pour bloquer les accès aux facultés de lettres, langues et droit. Objectif : dénoncer la précarité étudiante, une semaine après l'immolation par le feu d'Anas K. devant un bâtiment universitaire de Lyon.

« La précarité est un fléau. Pendant que certains baignent dans un certain confort, beaucoup trop cachent leurs situations à leurs voisins, à leurs camarades de classe, à leurs collègues… par crainte, par honte », justifie le collectif Université de Nantes en lutte.

Constatant l’impossibilité d’accéder aux salles, et ne souhaitant probablement pas envenimer la situation, la présidence de l’université a officiellement invité, vers 11h, les étudiants à ne pas se présenter sur le campus du Tertre vendredi.

Débat et tableau de témoignages

Un débat sur la précarité est organisé ce midi par les manifestants dans un amphithéâtre de la faculté d’économie. Un tableau a également été installé au Tertre « où il est possible d’écrire anonymement sa situation », rapporte le collectif Université de Nantes en lutte.

Des actions étudiantes ont été organisées dans plusieurs campus français après l’immolation d’Anas K. à Lyon. A Nantes, le campus du Tertre avait déjà été perturbé l’an passé par des mouvements étudiants dénonçant le projet de hausse des frais d'inscription. Il l’avait aussi été l’année précédente par des étudiants mobilisés contre le projet de loi relatif à l'orientation des étudiants.