Rennes : Opération « cantine gratuite » pour alerter sur la précarité étudiante

PRECARITE Plusieurs étudiants ont bloqué les caisses du restaurant universitaire de Rennes 2

C.A. avec AFP

— 

L'entrée du restaurant universitaire Le Métronome, non loin de l'université Rennes 2.
L'entrée du restaurant universitaire Le Métronome, non loin de l'université Rennes 2. — C. Allain / 20 Minutes

Cantine gratuite. Ce jeudi, une cinquantaine d’étudiants de plusieurs syndicats ont mené une opération « coup de poing » en bloquant les caisses du restaurant universitaire Le Métronome, situé à deux pas de l’université Rennes 2. Ils ont ainsi permis aux étudiants de se nourrir gratuitement. Les organisateurs, qui estiment que 2.000 repas gratuits ont été servis, souhaitaient « dénoncer la précarité étudiante ».

Cette action intervient moins d’une semaine après l'immolation par le feu d'un étudiant à Lyon. Brûlé à 90 %, le jeune homme est toujours entre la vie et la mort à l'hôpital. Avant de passer à l’acte, le jeune homme avait publié un texte dénonçant la précarité de sa situation.

« Après avoir rencontré le recteur et le directeur du Crous, qui n’avaient rien à nous proposer pour lutter contre la précarité, on a décidé d’agir. On s’est assis sur les cinq caisses du restaurant U et on n’a pas bougé », a déclaré Fabien Caillé, vice-président étudiant de l’université et membre de l’Armée de Dumbledore, l’un des syndicats étudiants de l’université.

L’épicerie gratuite ne désemplit pas

« La précarité étudiante ne cesse d’augmenter d’année en année. A l'épicerie gratuite qui a ouvert le lundi soir, on a des queues d’une heure et demi, ce n’est pas normal que des étudiants n’arrivent pas à se nourrir », a ajouté le militant, qui réclame une revalorisation des bourses et espère que la contestation « fera tache d’huile ailleurs en France ».

Mardi soir, plusieurs centaines d’étudiants rennais avaient défilé dans le centre-ville brandissant des pancartes « La précarité tue », après l’immolation d’un étudiant de 22 ans vendredi à Lyon.