Prime à la conversion : Bercy débloque 70 millions d’euros pour inciter à acheter des véhicules propres

ÉCORESPONSABLE 250.000 dossiers ont été déposés l’année dernière, soit 150.000 de plus qu’initialement prévu

20 Minutes avec Agence

— 

Des véhicules à la casse (photo d'illustration)
Des véhicules à la casse (photo d'illustration) — Joël Saget AFP/Archives

La prime à la conversion, qui remplace la prime à la casse, est de plus en plus prisée. Quelque 320.000 dossiers devront être signés en 2019, soit 70.000 de plus qu’en 2018, selon les chiffres du ministère de la Transition écologique relayés ce mercredi par BFMTV.

Le succès est tel que Bercy vient d’annoncer le déblocage de 70 millions d’euros supplémentaires pour répondre aux nombreuses demandes, rapporte la chaîne d’information en continu. Mise en place en 2018, la prime à la conversion permet de bénéficier, sous certaines conditions, d’une aide à l’achat d’une voiture récente en échange de la mise à la casse d’un véhicule ancien.

Un succès immédiat

Le dispositif a connu un franc succès dès la première année, avec plus de 250.000 dossiers éligibles déposés en 2018. C’est bien plus que l’objectif initial, qui était fixé à 100.000 primes.

Compte tenu de la forte demande, les crédits alloués au financement de cette prime avaient été relevés à 596 millions d’euros pour 2019. Une enveloppe toujours insuffisante « du fait d’un succès plus important qu’attendu au premier semestre », peut-on lire dans un rapport publié au Journal Officiel.

Le diesel désormais exclu du dispositif

Ce phénomène s’est amplifié à l’été 2019, lorsque le gouvernement a décidé de durcir les critères d’attribution de la prime. De nombreux Français se sont alors empressés d’acheter leur nouveau véhicule pour être certains de bénéficier du dispositif avant l’entrée en vigueur de nouvelles règles.

Reste à savoir si la prime à la conversion connaîtra le même succès en 2020, malgré le durcissement des conditions d’accès qui exclut désormais la plupart des modèles diesel. Pour rappel, le montant accordé, compris entre 1.000 € et 5.000 €, dépend des caractéristiques du nouveau véhicule et des revenus fiscaux du foyer.