Immolation par le feu d’un étudiant à Lyon : Entre 2009 et 2019, le coût de la vie étudiante a-t-il augmenté ?

A LA LOUPE Frais de scolarité, logement, soins de santé… « 20 Minutes » a examiné sur dix ans les dépenses des étudiants pour comprendre leur situation précaire

S. A.

— 

Rassemblement de plus de 1.000 personnes devant le Crous de Lyon, mardi, en soutien à l’étudiant stéphanois, Anas, brûlé à 90% après son immolation, vendredi 8 novembre, mettant en cause une situation de précarité financière trop importante pour vivre.
Rassemblement de plus de 1.000 personnes devant le Crous de Lyon, mardi, en soutien à l’étudiant stéphanois, Anas, brûlé à 90% après son immolation, vendredi 8 novembre, mettant en cause une situation de précarité financière trop importante pour vivre. — Flore Giraud/SIPA
  • Anas, un étudiant de 22 ans, s’est immolé par le feu devant le Crous de Lyon vendredi 8 novembre, mettant en cause, dans un texte politique, ses difficultés financières.
  • Son geste est devenu un symbole de la lutte contre la précarité, entraînant une mobilisation des étudiants dans toute la France, pour dénoncer leur pauvreté.
  • En dix ans, comment le pouvoir d’achat des étudiants a-t-il évolué ? Réponses.

Une semaine après l'immolation par le feu d'Anas, un étudiant de 22 ans à Lyon, pour dénoncer la précarité estudiantine, l’émotion et la colère restent vives. Mobilisés dans les rues et sur les réseaux sociaux, les jeunes s’insurgent contre l’augmentation du coût de la vie étudiante. Mais qu’en est-il réellement ?

Et tout d’abord, combien sont-ils ? En France, « 2,71 millions d’étudiants devraient être enregistrés en 2019-2020 dans l’enseignement supérieur, en progression de +1,2 % par rapport à l’année précédente », indique le ministère de l'Education, dont 1.508.400 inscrits à l’université. L’enseignement supérieur a accueilli plus de 300.000 étudiants supplémentaires entre les rentrées 2009 [2,3 millions] et 2017 [2,6 millions], d’après  l'Insee. Et  les dépenses d'éducation consacrées aux étudiants par l’Etat ont accusé une baisse de 680 euros entre 2010 [12.150 euros] et 2018 [11.470 euros].

Selon un rapport réalisé par l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) et publié en 2015, 19,1 % des jeunes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Dans son rapport « Éradiquer la grande pauvreté à l’horizon 2030 », publié en juin 2019, le Cese souligne, lui, que « les jeunes de 18-24 ans constituent aussi la catégorie qui a l’indice de mesure des inégalités le plus élevé et dont le taux de pauvreté a le plus augmenté au cours de la décennie 2002-2012 passant de 17,6 % à 23,3 % (alors que ce taux n’a progressé que d’un point pour l’ensemble de la population sur la même période) ».

Le principal poste de dépenses des étudiants concerne le logement, suivi des frais de la vie quotidienne (vêtements, alimentation hors restauration universitaire…) et des frais liés au logement (charges, eau, électricité…), selon l’enquête de l’Observatoire de la vie étudiante – un organisme rattaché au ministère de l’Education – publiée en octobre 2018. Viennent ensuite les frais de transport et ceux liés à des activités sociales et de loisir (sorties, sport…). 20 Minutes a passé leur budget au scanner.

Coût de la rentrée

Entre 2011 et 2019, l’indicateur du coût de la rentrée calculé par le syndicat étudiant la Fage a connu une baisse de 87,4 points.

Indicateur du coût de la rentrée
Infogram

Mais les étudiants ont accusé une baisse dans leurs ressources mensuelles moyenne entre 2010 et 2016, analyse l’Observatoire de la vie étudiante. Par ailleurs, près de la moitié des étudiants exercent une activité rémunérée (stage et alternance compris) durant leurs études. En 2016, on recensait 46,4 % d’étudiants d’origine française, contre 50,2 en 2011. Parmi eux, plus de 55 % ont occupé des emplois à mi-temps sans lien avec leur cursus, tandis que moins de 45 % ont travaillé en alternance, en stage ou ont eu une activité rémunérée en lien avec leurs études. En outre, 13,3 % d’entre eux ont exercé une activité considérée comme « très concurrente des études », c’est-à-dire au moins à mi-temps et plus de 6 mois dans l’année. Par ailleurs, ils sont 23 % (soit près d’un sur quatre) à considérer avoir des difficultés financières, rapporte l’Observatoire de la vie étudiante.

Enquête nationale sur les conditions de vie des étudiants
Infogram

« Durant l’année universitaire 2018-2019, 712.000 étudiants ont perçu une bourse sur critères sociaux du M.E.S.R.I., soit en moyenne 38 % des étudiants qui suivent une formation ouvrant droit à une bourse », indique le ministère de l’Education nationale. Pour la rentrée 2019-2020, les bourses sur critères sociaux « ont été revalorisées, après trois ans de gel, d’en moyenne 1,10 % », mais l’inflation étant de 1,20 %, cette aide reste insuffisante, estime le syndicat étudiant Unef.

Logement et transports

Le logement représente plus de 50 % d’un budget étudiant (jusqu’à 60 % en région parisienne). En moyenne, les étudiants paient 430 euros de loyer et ce montant atteint 554 euros en région parisienne. En France, on recense 165.000 logements publics qui sont gérés par le CROUS pour 2.600.000 étudiants, soit 6 % du total des étudiantes et étudiants, indique le Cese. L’organisme dénonce une « offre de logements publics très insuffisante au regard du nombre d’étudiantes et étudiants ». Quelque 60.000 logements étudiants devraient être construits dans les cinq ans, dont 20.000 gérés par le CROUS, dans le cadre de la mise en œuvre du plan gouvernemental de septembre 2018.

En dix ans, le montant du loyer et des charges a connu une hausse liée à l’augmentation des prix des loyers dans un certain nombre de villes universitaires, expliquent la Fage et l’Unef.

Coté transports, les frais varient selon les prix fixés par les collectivités territoriales. Certaines villes font le choix de créer des tarifs étudiants, de diminuer les prix à destination des jeunes ou de créer des tarifs pour les boursiers. Mais dans d’autres villes, les prix continuent d’augmenter malgré les dispositifs. Exemple avec la métropole lilloise, qui est passée de 180 euros à 302,40 euros entre 2013 et 2019 pour un étudiant boursier, rapporte l’Unef.

Evolution des montants du loyer + charges
Infogram

Alimentation

Les syndicats dénoncent l’augmentation des tarifs au restaurant universitaire. Selon l’Unef, le prix du repas y a augmenté de 20 % entre 2006 et 2019, passant de 2,75 euros à 3,30 euros. Cette hausse a eu lieu malgré un gel du prix de 2015 à 2018 [3,25 euros]. « Au total, le prix des formules en cafétérias augmente de 8,17 %, soit 6,8 fois l’inflation. L’évolution des prix est très différente entre la province (8,25 %), Paris (0 %) et sa banlieue (1,87 %). Si les prix de la restauration en cafétérias sont stabilisés sur la ville de Paris, les prix augmentent en banlieue et explosent en province », détaille le syndicat dans son enquête sur le coût de la vie étudiante 2019.

Parmi les solutions proposées aux étudiants, le syndicat la Fage a mis en place, dès 2009, des épiceries solidaires accessibles sur critères sociaux, baptisés AGORAé : les étudiantes et étudiants peuvent y trouver des produits alimentaires, d’entretien ou encore des fournitures scolaires à prix réduits.

Accès aux soins médicaux

L’année 2017 a signé la fin du régime spécifique de Sécurité sociale étudiante. Désormais les étudiants sont rattachés au régime général et exonérés des frais élevés, à plus de 200 euros. Mais selon le Cese, « la fin de la Sécurité sociale étudiante a entraîné un déficit de couverture complémentaire santé : 69 % des étudiantes et étudiants seraient couverts par une complémentaire, contre 85 % avant la réforme ».

Selon une enquête de la LMDE, 85 % des étudiants ont déclaré avoir consulté un médecin généraliste au cours des 12 derniers mois, 42 % précisent avoir renoncé à consulter un médecin sur la même période, dont 54 % par manque de temps et 40 % par manque de moyens financiers.