Lille : Des libraires sous le choc après la destruction des livres d'Hollande par des étudiants

SOCIETE Des étudiants qui ont envahi un amphi de la fac de Lille mardi ont déchiré 450 livres de François Hollande. Un préjudice économique et psychologique pour les deux librairies partenaires de l’opération

Francois Launay

— 

Les livres de François Hollande ont été déchirés.
Les livres de François Hollande ont été déchirés. — F.Launay/20 Minutes
  • Les librairies lilloises Meura et l’Affranchie ont vu leurs 450 exemplaires du livre de François Hollande détruits mardi par des étudiants à la fac de Lille.
  • Un préjudice économique et un choc psychologique pour les gérantes de ces structures indépendantes.
  • Pour leur venir en aide, des étudiants devraient bientôt lancer une cagnotte sur les réseaux sociaux

Elle n’a pas le cœur à parler. Gérante de la librairie lilloise indépendante Meura, Lilya Aït Menguellet a vécu un cauchemar mardi après-midi à l’université de Lille. Venue à l’occasion de la conférence de François Hollande, elle avait prévu de vendre ses livres dans l’amphithéâtre aux étudiants.

Sauf que rien ne s’est passé comme prévu. L'amphi a été par des envahi par des étudiants qui se sont jetés sur les livres, les ont déchirés et balancés dans la salle. Une scène consternante sur laquelle est revenue la libraire dans un message posté sur la page Facebook de la librairie exceptionnellement fermée mercredi après-midi.

« J’ai assisté à la destruction méthodique de tous les exemplaires disponibles »

« Lorsque je me suis approchée des manifestants, dans l’espoir de sauver les trois cartons restants, rangés sous le stand, j’ai expliqué que ces livres étaient fournis par des libraires, qui plus est indépendants. On m’a répondu avec un grand sourire et un haussement d’épaules : « elle se fera rembourser ! ». Je me suis éloignée quand j’ai constaté qu’en quelques secondes, ces cartons ont été aspergés de café. J’ai assisté à la destruction méthodique de tous les exemplaires disponibles, au piétinement et à la disparition de notre matériel », raconte Lilya Aït Menguellet déjà victime de vandalisme ces derniers mois. 

Un préjudice économique et psychologique

Sur les 450 livres amenés par les librairies Meura et l’Affranchie, associées dans cette opération, tous ou presque ont été abîmés. Un préjudice économique évalué à plus de 6.000 euros qui ne sera pas pris en charge par les assurances. Mais au-delà de l’aspect financier, c’est aussi et surtout un vrai choc psychologique pour les libraires.

Car déchirer un livre, quel qu’il soit, est un symbole violent. Conscients de ce raté, les étudiants, qui ont participé à l’envahissement de l’amphi mardi, sont revenus sur les événements sans toutefois condamner les auteurs des faits.

Une cagnotte a été lancée sur Internet pour venir en aide aux libraires

« On regrette fondamentalement ce qui s’est passé. Déchirer des livres, ce n’est pas quelque chose à faire. Surtout que ça concerne une libraire indépendante. C’est une erreur, on l’assume et on regrette. Mais on ne désolidarise de rien. C’est lié à un contexte et on ne blâmera personne pour ce qu’il s’est passé », explique Léo Petit, militant au syndicat étudiant Solidaire-s Lille.

Pour se rattraper, les étudiants manifestants vont participer à une cagnotte mise en place sur Internet par la corpo droit de l’université de Lille. Pas sûr que cela suffise à remettre du baume au cœur de libraires qui pourraient porter plainte dans les prochains jours.