Lyon : « Ma volonté, c’est que ce qui nous a brisés n’arrive plus », confie Marin trois ans après sa violente agression

ACTE DE BRAVOURE Trois ans après avoir été passé à tabac à Lyon, Marin doit remettre cette semaine à Lyon le premier prix régional récompensant les actes de bravoure

Elisa Frisullo

— 

Marin, en novembre 2019.
Marin, en novembre 2019. — La Tête Haute

Il y a trois ans, lorsqu’il a été laissé pour mort, au sol, peu auraient pu imaginer qu’il remettrait un jour un prix récompensant les actes héroïques comme le sien. Et pourtant, jeudi soir, Marin, ce Lyonnais passé à tabac le 11 novembre 2016 à la Part-Dieu, remettra le premier prix éponyme imaginé par la région Auvergne Rhône-Alpes pour récompenser et encourager les actes de bravoure.

Ouverte à tous (sur inscription), cette cérémonie qui sera présidée par Sébastien Chabal est organisée à Lyon trois ans presque jour pour jour après la violente agression de Marin. Une date anniversaire lors de laquelle le jeune homme, frappé pour avoir défendu un couple qui s’embrassait, a tenu à s’exprimer, lundi, via une vidéo postée sur la page Facebook « Je soutiens Marin », lancée par sa famille à l’époque des faits.

«Rien ne sera plus jamais pareil »

« Il y a trois ans jour pour jour, nos vies basculaient. La mienne, bien entendu, mais aussi celle de mes proches. Rien ne sera plus jamais pareil après cette terrible agression du 11 novembre », confie le Lyonnais de 23 ans, qui a gardé des séquelles importantes de cette agression. « Depuis trois ans, je vis différemment, je me reconstruis, je tente de trouver ma nouvelle place dans la société. Je vais d’ailleurs entamer prochainement un bilan de compétence dans mon centre pour m’y aider », ajoute-t-il, soucieux de continuer de « donner du sens à cette agression insensée » à travers l’association La Tête Haute créée par sa mère.

« Ma volonté, c’est réellement que ce qui nous a brisés n’arrive plus », souligne Marin, nommé chevalier de la Légion d’honneur. L'association a beaucoup œuvré pour permettre au jeune homme de récupérer au maximum de son agression. Toujours en besoin de bénévoles et de dons, elle sensibilise aujourd’hui les jeunes au civisme au travers de multiples actions et se mobilise aussi pour aider les victimes de lésions cérébrales et leurs proches.