Séisme en Ardèche : La préfecture promet le relogement des nombreux sinistrés du Teil

TREMBLEMENT DE TERRE Le séisme survenu lundi midi dans la région de Montélimar a provoqué d’importants dégâts au Teil, une commune de l’Ardèche où de nombreux habitants sont sinistrés

E.F. avec AFP

— 

Au Teil après le séisme survenu le 11 novembre 2019.
Au Teil après le séisme survenu le 11 novembre 2019. — J. Pachoud / AFP
  • Après le séisme survenu lundi midi en Drôme Ardèche, deux cents habitants du Teil, commune le plus touchée, vont être hébergés une nouvelle nuit dans des gymnases.
  • Mais la préfecture assure que tous les sinistrés seront relogés mercredi soir.

Des bâtisses partiellement effondrées ou éventrées, des toitures fortement endommagées. Au lendemain du séisme de magnitude 5.4 survenu en Drôme Ardèche lundi peu avant midi, de nombreux habitants du Teil, commune la plus lourdement touchée, sont privés de toit.

« A peu près 200 personnes ont été hébergées dans les trois gymnases et ce dispositif sera reconduit ce soir car nous cherchons des logements plus pérennes », a déclaré ce mardi midi lors d’un point presse la préfète de l’Ardèche, en évaluant entre « 250 et 300 personnes » le nombre de personnes « touchées de manière importante par les dégâts ».

L’accueil dans des gymnases sera reconduit ce mardi soir dans cette commune de l’Ardèche, a ajouté la préfète Françoise Souliman, qui a promis un relogement de tous les sinistrés « demain soir ».

Les établissements scolaires fermés jusqu’à nouvel ordre

Lors de ce sinistre, qui n’a duré que quelques secondes et a été ressenti dans une large zone, de Montélimar à Lyon, quatre personnes ont été blessées, dont l’une grièvement. La centrale nucléaire de Cruas, située à une dizaine de kilomètres, a été mise à l’arrêt après la secousse « par sûreté et par protocole », a assuré la préfète. EDF a annoncé son redémarrage dès vendredi. Quant aux établissements scolaires, restés fermés mardi, « aucun risque ne sera pris et si les élèves ne doivent pas aller en cours cette semaine, ils n’iront pas », a dit Mme Souliman.

Les démarches pour faire reconnaître l’état de catastrophe naturelle sont faites « aujourd’hui par le maire », a-t-elle précisé. Le maire du Teil, Olivier Pévérelli, a pour sa part appelé les assurances « à jouer leur rôle » et à « prendre en compte les sinistres dès aujourd’hui » sans attendre le décret de catastrophe naturelle.

L’accueil des habitants en mairie dès 7h30, où plusieurs centaines de personnes se sont présentées parfois les yeux mouillés de larmes, vise à « identifier les difficultés et les besoins » des habitants, a-t-il rappelé. Selon lui, « une trentaine de maisons sont détruites » et les quelque 200 logements gravement touchés « seront difficilement habitables en l’état ».

Le président du conseil départemental de l’Ardèche Laurent Ughetto a annoncé qu'« un million d’euros serait débloqué par le département pour les premières urgences » à destination du Teil et des communes environnantes.