Séisme en Ardèche : La centrale nucléaire de Cruas devrait être remise en service vendredi

SECURITE La centrale de Cruas a été arrêtée dès lundi à la suite du tremblement de terre et doit faire l’objet d’un « audit approfondi »

20 Minutes avec AFP

— 

La centrale nucléaire de Cruas en 2017.
La centrale nucléaire de Cruas en 2017. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Le redémarrage de la centrale nucléaire de Cruas, arrêtée pour « audit approfondi » à la suite du séisme survenu lundi dans la vallée du Rhône, est prévue vendredi, une date qui reste indicative, selon l’opérateur EDF ce mardi. « Ce qu’on indique comme date de redémarrage est le 15 novembre », a expliqué un porte-parole d’EDF. Il a précisé que cette date pouvait évoluer, alors que « les équipes restent mobilisées sur place et passent en revue l’ensemble des systèmes de sûreté ».

« On s’attelle à être bien certain d’être pleinement confiant dans nos installations avant le redémarrage », a souligné EDF. Le séisme de magnitude 5,4 sur l’échelle de Richter, qui a surtout frappé Le Teil (Ardèche)​ à une dizaine de kilomètres de la centrale de Cruas, avait « déclenché une alarme sur un seul des cinq capteurs présents sur le site », avait indiqué lundi le préfet de la Drôme Hugues Moutouh, précisant qu'« aucun dégât sur les bâtiments n’a été constaté », et que « les installations fonctionnent normalement ».

L’Agence de sûreté nucléaire (ASN) avait auparavant assuré que le séisme n’avait provoqué « aucun dommage apparent ». Elle « examinera les conditions dans lesquelles (les) réacteurs pourront redémarrer » à Cruas, a-t-elle écrit dans une note d’information lundi soir. Une porte-parole avait précisé que l’arrêt des réacteurs pourrait durer « quelques jours », en fonction des résultats des inspections.