Montpellier : Un cimetière XXL pour toutes les confessions

DEUIL L’extension du cimetière Saint-Etienne de Montpellier va accueillir à terme 12.000 places supplémentaires, alors que l’espace se faisait rare dans les trois cimetières de la ville

Jérôme Diesnis

— 

Le cimetière Saint-Etienne, comme les deux autres cimetières de la ville, arrive à saturation. L'extension va l'accroître de 12.000 places supplémentaires.
Le cimetière Saint-Etienne, comme les deux autres cimetières de la ville, arrive à saturation. L'extension va l'accroître de 12.000 places supplémentaires. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse
  • L’extension du cimetière Saint-Etienne à Montpellier va accroître de 12.000 places l’espace pour les défunts.
  • Le cimetière sera métropolitain, pour tous les habitants de la métropole. Il comportera des carrés confessionnels pour les différentes religions monothéistes, ce qui n’existait que dans très peu des 31 communes.
  • Outre les 11.000 places pour les caveaux, il sera mis à disposition 500 cavurnes (des mini-caveaux, pour répondre à la pratique de plus en plus répandue d’enterrer les urnes) et 500 cases en columbarium.

En y écoutant Sympathy for the Devil en 1995, les spectateurs du concert des Rolling Stones n’imaginaient pas ce que deviendrait l’espace rock de Grammont… L’extension du cimetière Saint-Etienne va progressivement se l’approprier sur 13,5 ha, et accueillera, d’ici à 2031 et la fin de la troisième phase de travaux, 11.000 places en caveaux, 500 en cavurnes (des mini caveaux, pour répondre à la pratique de plus en plus répandue d’enterrer les urnes) et 500 cases en columbarium.

Avec 29.117 emplacements, les trois cimetières de Montpellier (Saint-Lazare, Saint-Etienne et Celleneuve) arrivent à saturation. Tout comme la majorité des 35 autres nécropoles des communes limitrophes. Ce lieu de recueillement accueillera donc des défunts de toute la métropole. « Nous recevons chaque année entre 7.000 et 8.000 personnes, avec une proportion de décès identique à celle des naissances ou des unions. Nous ne pouvons plus répondre à toutes les demandes », souligne le maire Philippe Saurel (DVG).

Carrés confessionnels

Celles liées, notamment, aux rites confessionnels. L’extension de Saint-Etienne, pour 44,5 millions d’euros, répond à un double impératif. « Le principe du cimetière est symbolique de l’idée de la République, reprend le président de la métropole. L’enceinte y est laïque. Mais le maire a la possibilité de créer des carrés confessionnels pour les religions monothéistes. C’est ce que nous avons fait ici. »

L'architecte en charge de l'extension du cimetière Saint-Etienne.
L'architecte en charge de l'extension du cimetière Saint-Etienne. - Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Ce lieu de recueillement est conçu comme un parc paysager méditerranéen, un havre de paix. « On peut s’y promener, y compris avec ses enfants, s’y asseoir, s’y recueillir… Se mettre un peu à l’écart tout en étant dans le cimetière, sans se sentir étranger ou intrusif », évoque l’architecte Jean Planès (de l’agence Traverses). 1.300 arbres vont être plantés, d’essences diverses pour éviter la monotonie visuelle des résineux et lui donner un large panel de couleurs dix mois dans l’année.