C’est l’heure du BIM: Grève SNCF dans le Grand-Est, Lula bientôt libre et Trump à l'amende

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)…

XM

— 

Un TGV en circulation (illustration)
Un TGV en circulation (illustration) — G. VARELA / 20 MINUTES

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Des TGV supprimés entre Strasbourg et Paris ce vendredi

Un mouvement de grève des contrôleurs lié à des questions de changements d’horaires va de nouveau perturber le trafic ferroviaire. Dans l’Est de la France, notamment sur l’axe  Strasbourg- Paris, certains TGV vont être supprimés, ce vendredi, a annoncé la SNCF Grand Est, mercredi, dans un communiqué. Le mouvement « concerne les contrôleurs sur le périmètre de l’axe TGV Est » dans son ensemble et sur lequel « trois trains sur quatre vont circuler » ce vendredi, a indiqué une porte-parole de la SNCF Grand Est.

L’ancien président brésilien Lula proche de la sortie de prison

L’ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, incarcéré depuis plus d’un an et demi pour corruption, pourrait sortir prochainement de prison à la faveur d’un arrêt rendu jeudi soir par la Cour suprême. Les magistrats de la plus haute juridiction du Brésil ont en effet mis fin à une jurisprudence selon laquelle une personne peut être emprisonnée avant l’épuisement de tous ses recours si sa condamnation a été confirmée en appel, considérant qu’elle était inconstitutionnelle. Une décision qui va rebattre les cartes du jeu politique du pays.

Une manifestation du Parti des travailleurs en soutien à Lula le 30 octobre 2019 à Brasília.
Une manifestation du Parti des travailleurs en soutien à Lula le 30 octobre 2019 à Brasília. - Eraldo Peres/AP/SIPA

Trump condamné à payer deux millions de dollars à cause de sa fondation

Le tribunal de New York a condamné jeudi Donald Trump à verser deux millions de dollars de dommages et intérêts pour avoir utilisé sa fondation comme instrument politique, dans le cadre d’un accord amiable. Le procureur de l’Etat de New York avait attaqué la fondation et ses administrateurs en juin 2016, affirmant que Donald Trump avait utilisé cette organisation à des fins personnelles et non pour faire œuvre de charité.