CFTC: Cyril Chabanier élu président pour quatre ans

SYNDICAT Il succède à Philippe Louis en poste depuis 2011

20 Minutes avec AFP

— 

Une manifestation de la CFTC le 11 novembre 2018 à Lampertheim (Bas-Rhin).
Une manifestation de la CFTC le 11 novembre 2018 à Lampertheim (Bas-Rhin). — G . VARELA / 20 MINUTES

Le cinquième syndicat français, en congrès à Marseille, tient son nouveau président. Cyril Chabanier, économiste de 46 ans, a été élu jeudi soir à la tête de la CFTC pour quatre ans. Son élection par le nouveau conseil confédéral, qui s’est réuni à huis clos, a été une formalité car le nouveau président était le seul candidat à la succession de Philippe Louis, à la tête de la confédération depuis 2011.

Plus tôt dans la journée, Cyril Chabanier a été plébiscité pour rentrer au conseil confédéral, recueillant 89,38 % des voix. Il y a huit ans, Philippe Louis avait obtenu 79 % des suffrages lors de son entrée au conseil confédéral.

Diplômé en sciences économiques et en sciences sociales

Ancien arbitre de tennis, statisticien à la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), Cyril Chabanier est président de la fédération de la protection sociale et administrateur de l’Unédic, le gestionnaire paritaire de l’assurance chômage. Diplômé d’une maîtrise en sciences économiques et d’un DESS en sciences sociales, il a adhéré en 2002 à la CFTC, qu’il présente comme un syndicat « constructif et réformiste ». Né le 28 mars 1973 à Arles, il est domicilié à Saint-Rémy-de-Provence. Il fixe à la CFTC comme objectif de passer au-dessus de la barre des 10 % des voix dans le privé, contre 9,48 % lors de la dernière mesure d’audience, en 2017.

Le nouveau président présentera officiellement son équipe aujourd’hui, dernier jour du 53e congrès, où sont venus la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger et le président de la CFE-CGC, François Hommeril, de même que Pierre-André Imbert, conseiller social de l’Elysée, une délégation de la CGT Corse et une représentante de l’Unsa. Avant l’élection de Cyril Chabanier, la ministre l’a invité à « dialoguer et construire ensemble ». Elle a aussi salué « la qualité des échanges avec Philippe Louis », de même que ses « discrétion et détermination absolues ».