Immigration : De plus en plus d’étrangers accueillis par le Secours catholique

SOLIDARITE En 2018, 43 % des personnes accueillies par le Secours catholique étaient étrangères

20 Minutes avec AFP

— 

En 2018, 43% des personnes accueillies par le Secours catholique étaient étrangères, dont des sans-papiers
En 2018, 43% des personnes accueillies par le Secours catholique étaient étrangères, dont des sans-papiers — Fred.Scheiber

En raison du « durcissement de la politique d’accueil » en France, de plus en plus d’étrangers sont contraints de solliciter l’aide du Secours catholique, s’est inquiétée l’association dans son rapport annuel, publié ce jeudi.

En 2018, 43 % des personnes accueillies par l’association étaient étrangères, dont des sans-papiers, une proportion qui augmente continuellement depuis 2016 avec trois points de plus en moyenne chaque année.

L’allocation aux demandeurs d’asile, seul revenu

Cette hausse s’explique en partie par la « nette précarisation de leur statut légal et socioéconomique, souvent liée à une absence de ressources et de droits reconnus », indique le rapport. Pour la plupart d’entre eux, « les ressources se limitent souvent à la faible allocation aux demandeurs d’asile (Ada) ». Parmi ces étrangers, 40 % sont des hommes seuls et 60 % ont moins de 40 ans, soit un âge bien inférieur à celui de la population française accueillie par l’association, qui donne notamment des vêtements et de la nourriture aux plus démunis.

La population étrangère aidée par le Secours catholique se féminise par ailleurs « durablement » car « la migration concerne de plus en plus de femmes et d’enfants, notamment via le regroupement familial, mais également via la migration de familles entières et de femmes de manière autonome », détaille le rapport. L’association rapporte aussi que trois étrangers accueillis sur quatre, arrivés en France depuis moins de deux ans, sont « sans statut légal stable », renforçant encore leur précarité.

Un accès au marché du travail quasi impossible

Par ailleurs, 70 % des étrangers arrivés il y a plus de dix ans en France vivent toujours sous le seuil de pauvreté extrême, contre 57 % des Français, précise le rapport. « Ces disparités tiennent en grande partie à un accès au marché du travail qui reste dégradé chez les étrangers et à un niveau de prestations sociales globalement plus faible », précise le rapport, qui souligne le « durcissement de la politique d’accueil des étrangers aux situations et statut légaux les plus fragiles ».

Par ailleurs, la part des personnes étrangères rencontrées qui n’ont « pas le droit de travailler » a « fortement augmenté », atteignant 44 % chez les femmes et 48 % chez les hommes. Parmi elles, 40,2 % sont dans cette situation depuis plus de deux ans, soit 15 points de plus qu’en 2010, détaille le rapport. En 2018, le Secours catholique a accueilli plus de 1,3 million de personnes dont 716.500 adultes et 631.000 enfants.