« Agribashing » : Une « cellule spécifique » mise en place à la gendarmerie nationale

ENQUETE Le ministre de l’Intérieur a été interpellé à l’Assemblée sur la « montée des intrusions et agressions dont sont victimes les agriculteurs »

20 Minutes avec AFP

— 

Une manifestation contre les traités de libre-échange, la compétition inégale et l'agribashing, devant le Parlement européen à Strasbourg, le 22 octobre 2019.
Une manifestation contre les traités de libre-échange, la compétition inégale et l'agribashing, devant le Parlement européen à Strasbourg, le 22 octobre 2019. — AFP

Une « cellule spécifique » nommée « Déméter » a été mise en place « il y a trois semaines » à la Direction générale de la gendarmerie nationale pour « identifier et poursuivre » les auteurs d’intrusions ou d’agressions chez des agriculteurs, a annoncé Christophe Castaner mardi soir à l’Assemblée.

En plein examen du budget, le ministre de l’Intérieur était interpellé par la députée de l’Indre-et-Loire Sophie Auconie (UDI-Agir) sur « l’agribashing » et la « montée des intrusions et agressions dont sont victimes les agriculteurs ». Les paysans, notamment les éleveurs, dénoncent régulièrement cette situation en pointant du doigt des militants antispécistes.

« Déméter commence à monter en puissance »

« Vous soulevez un vrai problème. (…) Ces intrusions peuvent avoir un caractère extrêmement grave », a répondu Christophe Castaner. « J’ai demandé à la Direction générale de la gendarmerie nationale de mettre en place une cellule spécifique pour gérer, identifier, poursuivre les auteurs de ces agressions ». « Cette cellule s’appelle Déméter. Elle a été mise en place il y a trois semaines. Elle commence à monter en puissance », a-t-il ajouté, tout en distinguant ces intrusions ou agressions du « débat politique ou de la dénonciation de ce type d’agriculture sur lesquels je n’ai pas à me prononcer ».

« En plus, j’ai demandé aux services, en particulier au renseignement territorial, de considérer que la préparation de ces menaces d’invasion relève aussi de troubles importants à l’ordre public sur lesquels nous portons une attention particulière », a-t-il encore indiqué. « Si on pouvait éviter de réinventer des dispositifs qui existent déjà, je pense que ce serait pas mal », lui a rétorqué le député insoumis Ugo Bernalicis. « De mémoire, il y avait un dispositif qui s’appelle Vigi Agri que gèrent les gendarmes ».

Des paysans ont manifesté le 22 octobre devant les préfectures pour dénoncer notamment leur ras-le-bol de l'« agribashing » et des intrusions dans leurs élevages de militants antispécistes, mais aussi plus largement leurs difficultés économiques.