Acte 51 des « gilets jaunes » : Nouvelle mobilisation dans plusieurs villes de France

MANIFESTATION Plusieurs centaines de « gilets jaunes » ont défilé samedi alors qu’une « Assemblée des assemblées » se tenait à Montpellier.

20 Minutes avec AFP

— 

La 4e « Assemblée des assemblées », à Montpellier, le 1er novembre 2019.
La 4e « Assemblée des assemblées », à Montpellier, le 1er novembre 2019. — Alain ROBERT/SIPA

Pour leur 51è samedi de mobilisation, plusieurs centaines de « gilets jaunes » ont défilé dans plusieurs villes de France. Une « Assemblée des assemblées », destinée à discuter de l’avenir du mouvement, se tenait en parallèle à Montpellier.

La date du 17 novembre, qui a vu naître la première manifestation de « gilets jaunes » il y a un an, est au cœur des discussions de cette quatrième « Assemblée des assemblées ». Celle-ci a débuté vendredi et doit durer jusqu’à dimanche.

Samedi, la mobilisation a été relativement faible. A Paris, quelques centaines de « gilets jaunes » ont défilé entre la place d’Italie et la gare du Nord. La marche s’est déroulée sans incident, accompagnée d’un important dispositif policier, comme c’est désormais toujours le cas pour les rassemblements parisiens. Les manifestants ont repris les slogans habituels visant Emmanuel Macron ou la police et certains tenaient des banderoles faisant référence au Chili, où un important mouvement social est en cours.

Jérôme Rodriguès à Bordeaux

A Bordeaux, plus de 200 personnes, selon un journaliste de l’AFP, une centaine selon la préfecture, étaient au rendez-vous ce samedi. Quelques-unes portaient un gilet jaune mais davantage portaient des parapluies pour se protéger de la mauvaise météo.

Le cortège comptait dans ses rangs un invité surprise : Jérôme Rodriguès, l’un des « gilets jaunes » ayant subi une blessure à l'oeil lors d’une manifestation. « Peu importe le nombre, l’important c’est d’être toujours là » a-t-il déclaré. « On sent une convergence, une effervescence, à l’approche du 1er anniversaire. Il n’y a pas "d’idéologie" ou de "lubies" gilets jaunes, il y a juste l’envie partagée par les citoyens, d’arriver à manger en fin de mois. C’est une lubie, ça ? »

Aucun incident ni interpellation n’avaient été signalés par la préfecture vers 17h.

« On est là, on est là. Même si Macron le veut pas, nous on est là », ont à nouveau chanté les manifestants à Toulouse. Le défilé, qui a eu lieu en partie sous la pluie, a été marqué par quelques échauffourées avec les forces de l’ordre, qui ont fait à plusieurs reprises usage de grenades lacrymogènes.

Enfin, à Rennes, 200 à 300 « gilets jaunes » ont manifesté dans le centre-ville. Un centre commercial a été fermé 45 minutes environ après l’intrusion d’une trentaine de manifestants.