C’est l’heure du BIM : Images du raid américain, gardes à vue en Guadeloupe et blagues de Hollande

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

M.C.

— 

Une photo prise à l'endroit où a été conduite l'opération américaine contre Abou Bakr Al-Baghdadi.
Une photo prise à l'endroit où a été conduite l'opération américaine contre Abou Bakr Al-Baghdadi. — AFP

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

VIDEO. Mort d’al-Baghdadi : Les premières images du raid américain dévoilées

Un raid « parfaitement exécuté ». L’armée américaine a dévoilé mercredi de premières photos et vidéos de son opération commando en Syrie qui a abouti à la mort du chef de Daesh Abou Bakr al-Baghdadi, dans la nuit de samedi à dimanche. Il s’agit d’images aériennes, dans lesquelles on voit notamment des membres des forces spéciales (Delta Force) puis des frappes de drones contre le complexe.

Guadeloupe : Le président de la région et Marie-Luce Penchard placés en garde à vue

Les gardes à vue du président LREM de la Région Guadeloupe, Ary Chalus, et de sa vice-présidente, Marie-Luce Penchard, ont été levées, a annoncé le procureur de la République de Basse-Terre, Jean-Luc Lennon, mercredi en fin d’après-midi. Convoqués dans les locaux de la police judiciaire aux Abymes mercredi matin, Ary Chalus, et Marie-Luce Penchard, par ailleurs maire de Basse-Terre et ancienne ministre de l’Outremer dans les gouvernements Fillon, s’étaient vu notifier leur garde à vue à 8h50. L’enquête porte sur des soupçons de détournement de fonds publics en lien avec l’embauche de l’ancien directeur financier de la collectivité de Saint-Martin et actuel directeur général de la SEM Patrimoniale en Guadeloupe, Pascal Averne. Lui-même avait été placé en garde à vue il y a deux semaines avant de ressortir libre.

Petites blagues, tacles politiques, aucune autocritique… François Hollande en terrain conquis devant les étudiants de la Sorbonne

Les premiers mots de François Hollande sont coupés par une sirène. L’ancien président s’interrompt, regarde vers le haut de l’amphithéâtre de la Sorbonne. Des militants déploient un drapeau de l’Action française, mouvement nationaliste et royaliste. Ces derniers sont évacués sans heurt sous les sifflets des autres étudiants. Ce sera la seule dissonance de la soirée. Comme souvent, l’ex-chef de l’Etat, venu présenter son dernier ouvrage dans l’université parisienne ce mercredi soir, trouve le bon mot : « Nous pourrions croire que ça avait été préparé […] Pour évoquer la crise démocratique, que l’Action française interrompe un débat qui n’avait même pas commencé, c’est une bonne illustration ». La salle, déjà conquise, applaudit. Lire notre reportage.