Ardennes : Des ossements humains découverts près de la ferme de Philippe Gillet

FAITS DIVERS Ils étaient enterrés sur un terrain appartenant à Philippe Gillet, condamné en avril pour le meurtre de son ex-petite amie Anaïs Guillaume

20 Minutes avec AFP

— 

Un véhicule de gendarmerie (illustration).
Un véhicule de gendarmerie (illustration). — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Un « ensemble d’ossements évoquant les éléments d’un squelette humain » a été découvert à Fromy (Ardennes), sur un terrain appartenant à Philippe Gillet, condamné en avril pour le meurtre de son ex-petite amie Anaïs Guillaume, a annoncé mardi le parquet de Charleville-Mézières.

D’après les conclusions d’un expert anthropologue, réalisées à partir du premier os prélevé sur les lieux, celui-ci « peut correspondre à un sujet ayant au moins une vingtaine d’années », mais rien ne permet d’affirmer ou d’infirmer à ce stade qu’il s’agit du corps d’Anaïs Guillaume, jeune femme disparue en 2013 et jamais retrouvée.

Philippe Gillet, exploitant agricole de 46 ans, avait été condamné en avril en première instance à vingt-deux ans de réclusion criminelle pour le meurtre de son ex-petite amie et acquitté de celui de son épouse, mais le parquet général avait fait appel.

« Modification de scène de crime »

Les fouilles réalisées au cours de l’instruction judiciaire n’avaient jusqu’ici jamais permis de retrouver de corps. Mais lundi, les gendarmes ont été « avisés que des personnes de l’entourage » de Philippe Gillet « se livraient à la recherche du corps » d’Anaïs Guillaume « sur un terrain dépendant de la ferme de M. Gillet à Fromy », explique le procureur de la République de Charleville-Mézières, Laurent de Caigny, dans un communiqué publié mardi.

Rapidement arrivés sur place, les gendarmes ont « mis fin à ces agissements » et immédiatement « constaté à l’endroit partiellement excavé un objet ayant l’apparence d’un os ». Cet ossement avait alors été transmis à l’expert anthropologue pour analyse. Les investigations poursuivies mardi par la section de recherche de la gendarmerie de Reims sur cette « modification de scène de crime » ont ensuite conduit à « la mise à jour d’un ensemble d’ossements évoquant les éléments d’un squelette humain », poursuit le procureur.

Les autorités judiciaires avaient par ailleurs reçu, « il y a plusieurs semaines », des « courriers anonymes évoquant la présence du corps d’Anaïs Guillaume à Fromy sur le terrain de la ferme », indique encore Laurent de Caigny. Le lieu où ont été découverts ces ossements « n’avait pas fait l’objet d’excavation pendant l’instruction judiciaire suivie contre Philippe Gillet », ajoute-t-il. Ces nouveaux éléments ont été transmis au président de la cour d’appel de Reims, qui pourra « ordonner le cas échéant tous actes d’information qu’il estime utiles ».