Gynécos, dentistes, psychiatres… Les Français les plus démunis discriminés par un cabinet sur 10

ETUDE Les « refus de soins discriminatoires » sont contraires à la déontologie médicale et considérés comme des « délits »

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'une consultation chez le médecin
Illustration d'une consultation chez le médecin — Baleydier/SIPA

En raison de leur précarité, les patients pauvres bénéficiant d’une aide à la couverture santé (CMU-C ou ACS) sont victimes d’une « forte discrimination » chez les gynécologues, chirurgiens-dentistes et psychiatres, un cabinet sur 10 refusant de les recevoir, révèle une étude du Défenseur des droits, publiée ce mardi.

Pour mesurer « les différences de traitement dans l’accès aux soins » selon l’origine et la « vulnérabilité économique » du patient, l’étude s’est appuyée sur un testing téléphonique « représentatif au niveau national », conduit entre février et mai auprès de 1.500 cabinets médicaux dans trois spécialités médicales.

Couverture maladie, manque de place ou méconnaissance de la prestation

Pour chacune d’entre elles, « une prise de rendez-vous a été sollicitée par trois patientes fictives : une patiente de référence, une patiente révélant par son patronyme une origine africaine » et « une patiente indiquant bénéficier, une fois sur deux », de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) ou de l’aide à la complémentaire santé (ACS). La CMU-C est une sorte de mutuelle gratuite octroyée sous conditions de ressources (moins de 746 euros par mois pour une personne seule). L’ACS est un « chèque santé » à destination des ménages aux revenus modestes (moins de 1.007 euros pour un célibataire), mais supérieurs au plafond de la CMU-C.

Au total, « la patiente de référence obtient un rendez-vous avec succès dans 70 % des cas » contre seulement 58 % pour la personne bénéficiaire d’une aide. Ainsi, 12 % des cabinets contactés refusent de recevoir cette dernière alors qu’ils accordent un rendez-vous à l’autre patiente, malgré une demande similaire, formulée à la même période, sans caractère d’urgence. « Dans plus d’un tiers des cas, les professionnels » concernés déclarent explicitement refuser les bénéficiaires de la CMU-C et de l’ACS, les autres invoquant un manque de place, une méconnaissance de la prestation ou un autre argument « insidieux », selon l’étude.

Des « délits » plus répandus chez les professionnels aux tarifs libres

Régulièrement dénoncés, ces « refus de soins discriminatoires », contraires à la déontologie médicale et considérés comme des « délits », sont « le fait de 9 % des chirurgiens-dentistes, 11 % des gynécologues et 15 % des psychiatres » contactés. Sans surprise, ils sont plus répandus chez les professionnels aux tarifs libres, notamment parce qu’aucun dépassement d’honoraire ne peut être facturé aux bénéficiaires de la CMU-C ou de l’ACS.

Ils sont en outre plus fréquents en Ile-de-France et « jusqu’à deux fois plus marqués pour les bénéficiaires de l’ACS que pour ceux » de la CMU-C, en raison d’une méconnaissance des dispositifs ou des délais de remboursements redoutés par les professionnels. A l’inverse, globalement « peu de différences sont constatées selon l’origine supposée de la patiente ». La CMU-C et l’ACS, qui comptent plus de 7 millions de bénéficiaires, doivent fusionner au 1er novembre au sein de la nouvelle complémentaire santé solidaire.