Lyon : L'association UFC-Que-Choisir étrille les pompes funèbres du Rhône

TOUSSAINT L’association, qui dénonce des « nombreux abus » et des « yoyos tarifaires », entend mettre en demeure onze sociétés du département

Caroline Girardon

— 

Illustration dans une entreprise de Pompes Funèbres.
Illustration dans une entreprise de Pompes Funèbres. — FABRICE ELSNER/20MINUTES
  • L’association de consommateurs UFC-Que-Choisir publie une enquête dans laquelle elle dénonce les « nombreux abus » des pompes funèbres.
  • Manque de transparence au niveau des prix, écart tarifaire, onze sociétés sont visées dans le Rhône.

Des pratiques commerciales « déplorables » et la « cherté des prestations ». A quelques jours de la Toussaint, l’association de consommateurs UFC-Que-Choisir du Rhône étrille les pompes funèbres du département et annonce qu’elle souhaite mettre en demeure 11 sociétés du département, dénonçant au passage les « nombreux abus » constatés lors d’une enquête menée au printemps par ses bénévoles. A commencer par les « grands écarts tarifaires ».

Au niveau du département, le prix total des obsèques pour une inhumation (hors caveau et concession) s’élève en moyenne à 4.533 euros. « Mais d’un établissement à un autre, pour une même demande exprimée, on a un grand écart », relève UFC-Que-Choisir. La proposition la moins chère se chiffre à 3.544 euros et la plus onéreuse à 5.130 euros. Même chose pour les crémations allant de 3.700 euros à 4.993 euros. Soit 700 euros de plus que le prix moyen (4.223 euros).

« Yoyos tarifaires »

« Ces yoyos tarifaires sont d’autant moins admissibles que le prix de certaines prestations standardisées varie énormément d’une structure à l’autre », pointe l’association. Les démarches et formalités administratives vont ainsi de 231 à 427 euros. Quasiment du simple au double. La mise en bière peut aussi être facturée de 90 à 137 euros, selon les relevés effectués par UFC-Que-Choisir.

Autre problème dénoncé par les bénévoles du Rhône : l’impossibilité d’avoir une « véritable comparaison des prix ». « Les professionnels des pompes funèbres ont l’obligation de remettre gratuitement un devis écrit, détaillé et chiffré. Dans 14 % des cas, cette demande exprimée par nos enquêteurs est restée lettre morte », révèle l’association qui exige désormais que ces onze sociétés se « conforment à la réglementation actuelle ».

« Sanctions dissuasives »

Elle exige pour cela une refonte du modèle de devis-type et demande également aux pouvoirs publics de mettre en place des « sanctions dissuasives » pour les professionnels « ne jouant pas le jeu de la transparence ». « Le non-respect de la réglementation doit constituer un critère central lorsqu’il s’agit, pour les préfectures d’examiner le renouvellement de leur habilitation », conclut UFC-Que-Choisir.

Contactée à ce sujet, la direction des pompes funèbres n’était pas disponible en cette fin d’après-midi pour nous répondre. Elle a néanmoins indiqué qu’elle le ferait mardi.