Le « Buddha Blue », la nouvelle drogue de synthèse qui se répand dans les lycées du Calvados

ALERTE Parmi les effets secondaires potentiels du « Buddha Blue » figurent la paralysie, la tachycardie ou encore la détresse respiratoire aiguë

20 Minutes avec agence

— 

Une cigarette électronique. (illustration)
Une cigarette électronique. (illustration) — EVA HAMBACH / AFP

C’est la nouvelle drogue à la mode chez les jeunes. Le « Buddha Blue », également surnommé PTC, se propagerait dans les lycées. En particulier dans le  Calvados où 17 cas ont déjà été signalés depuis le début de l’année 2019, a indiqué le rectorat à France Bleu Normandie. Certains jeunes ont été hospitalisés. Cette drogue de synthèse se consomme par inhalation dans les cigarettes électroniques. Plusieurs victimes ont aussi été recensées en Bretagne.

Le « Buddha Blue » se présente sous la forme d’un liquide inodore et incolore. Cette drogue 100 % synthétique est peu coûteuse et facilement accessible sur Internet pour quelques dizaines d’euros, rapporte la radio locale. Mais les effets secondaires peuvent être dangereux : paralysie, hallucinations, tachycardie, ou encore détresse respiratoire. « Les jeunes qui en consomment recherchent les effets du cannabis, mais les effets secondaires du "Buddha Blue" sont (…) beaucoup plus violents », insiste Grégory Lange, de l’association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa), pour France Bleu Normandie.

Plusieurs hospitalisations dans le Calvados

Sept lycées du Calvados seraient concernés par la propagation de cette drogue, principalement dans l’agglomération de Caen. Le rectorat a édité une fiche d’information indiquant la conduite à tenir en présence d’élèves intoxiqués au « Buddha Blue ». Ce mémo a été envoyé à tous les lycées et collèges de l’académie de Caen.