78 % des Français jugent la laïcité « menacée », selon un sondage

OPINION L’inquiétude semble forte, quelle que soit la proximité partisane

R. G.-V. avec AFP

— 

Illustration d'une charte de la laïcité.
Illustration d'une charte de la laïcité. — Vincent Loison/SIPA

Huit Français et Françaises sur dix (78 %) jugent la laïcité aujourd’hui menacée en France, selon un sondage Ifop* pour Le Journal du Dimanche. 22 % sont d’un avis contraire. La proportion est semblable à celle enregistrée en novembre 2015. En revanche, à la même question posée en 2005, seuls six Français sur dix (58 %) jugeaient la laïcité menacée. L’inquiétude pour la laïcité est majoritaire quelle que soit la préférence partisane. Les personnes sondées se déclarant proches du RN sont les plus inquiètes (91 %), devant les proches de LR (85 %), ceux de LREM (79 %), ceux de LFI (68 %) et ceux du PS (64 %).

Les sondés sont également 80 % (contre 20 % d’un avis contraire) à penser que « la question de la laïcité se pose aujourd’hui différemment en France s’agissant de la religion musulmane ». Ils sont encore 61 % à penser que « l’islam est incompatible avec les valeurs de la société française ». A noter que ces deux questions ne sont pas posées dans le sondage concernant les autres religions.

Une question prioritaire pour près de 40 % des personnes sondées

Les Français et Françaises interrogées sont très majoritairement favorables à l’interdiction des prières de rue (82 %), et à l’interdiction du port de signes religieux (croix, voile, kippa,…) pour les usagers des services publics (75 %), les accompagnants de sorties scolaires (73 %), et les salariés du secteur privé (72 %). Rappelons que la loi de 1905, sur la séparation des Eglises et de l’Etat, n’impose de neutralité religieuse que pour les fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions. Français et Françaises sont en revanche favorables en majorité aux menus de substitution sans porc dans les cantines scolaires (61 %).

La « défense de la laïcité » est jugée « tout à fait prioritaire » par 39 % des personnes sondées, loin derrière la santé (premier domaine cité, avec 82 %), mais aussi la lutte contre le chômage, le pouvoir d’achat, la lutte contre la délinquance, la protection de l’environnement et la lutte contre l’islamisme.

*Enquête réalisée les 24 et 25 octobre auprès de 1.011 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone. Marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points.