Marseille : Horaires non respectés, bus bondés, bouchons, la galère des étudiants pour se rendre à Luminy

TRANSPORT EN COMMUN Des étudiants de Marseille dénoncent les problèmes qu’ils rencontrent pour se rendre sur le campus de Luminy en transports en commun

Adrien Max

— 

Un bus aux couleurs de la nouvelle marque d'Aix-Marseille Metropole « La metropole mobilité ».
Un bus aux couleurs de la nouvelle marque d'Aix-Marseille Metropole « La metropole mobilité ». — David Girardon
  • Des étudiants de l’université d’Aix-Marseille se plaignent des conditions pour accéder au campus de Luminy depuis le centre de Marseille en transports en commun.
  • Ils dénoncent des horaires non respectés, des bus bondés et des temps de trajets très longs.
  • La RTM avance comme explication la multiplication des travaux, et assure la mise en place de moyens supplémentaires.

« Avant je bossais à Paris, plus jamais je ne critiquerai la RATP. J’hallucine tellement des transports en commun à Marseille ». Terry, 30 ans, est en deuxième année de master de sciences de la mer, sur le campus de Luminy de l' université d’Aix- Marseille. Un campus niché dans le massif des Calanques, le rêve pour les amoureux de la nature. Mais le cauchemar pour tous les étudiants qui habitent dans le centre-ville de Marseille.

Depuis la rentrée, ils rencontrent d’énormes difficultés pour venir en transports en commun jusqu’au campus de Luminy depuis le centre-ville de Marseille. Il n’existe d’ailleurs aucune liaison en métro ou en tram, seuls les bus « montent » jusqu’à Luminy.

Demi-tour avant le terminus

« Tous les matins, c’est le même enfer pour aller en cours à 8 heures. Je suis obligée de me lever de plus en plus tôt pour arriver à l’heure, et ce n’est même pas toujours suffisant. Il y a à la fois le problème des bouchons, et le manque de bus. On se retrouve entassé », relate Marie, elle aussi en master de sciences de la mer.

« Je trouve la situation scandaleuse, les bus n’arrivent jamais à l’heure indiquée. Normalement je mets 20 minutes depuis l’obélisque jusqu’à Luminy, là, même en partant vers 7h15, j’arrive parfois en retard. Vu la fréquentation des bus, on doit souvent laisser passer le premier, voire le deuxième pour réussir à rentrer. Et comme les chauffeurs sont déjà très en retard, parfois ils ne vont même pas jusqu’au terminus, nous devons finir à pied sans aucune explication », se désole Terry.

« On est déjà épuisé en arrivant en cours »

Sans parler de la conduite « sportive » de certains chauffeurs. A cause de l'’irrégularité des horaires, le bus 21Jet censé être plus rapide, se retrouve parfois derrière le B1, l’obligeant à marquer tous les arrêts, annihilant le gain de temps escompté.

Des bus si bondés que certaines personnes ont été victimes de malaises, relatent des étudiants. « Pour le bus de 7h15, c’est insupportable. Il y a quatre personnes qui te touchent en permanence, sans pouvoir se tenir, à cause du monde qu’il y a. La chaleur est insoutenable, il y a carrément de la condensation sur les vitres, on est déjà épuisé en arrivant en cours », dénonce Manon, une autre étudiante du campus de Luminy.

Travaux et phasage des feux

Pour la RTM, les travaux qui se multiplient actuellement dans la deuxième ville de France, expliqueraient ces perturbations, notamment pour la B1. « Les conditions d’exploitation sont actuellement complexes à cause du nombre croissant d’automobilistes qui empruntent De Lattre de Tassigny à cause des travaux sur le Redon, ainsi que ceux sur le boulevard Michelet », avance la RTM.

Elle fait également savoir que le B1 n’est pas un bus à haut niveau de service (BHNS) à proprement parler. « Il n’y a pas de priorité aux feux sur l’axe Castellane – Obélisque, tant que les mesures de priorité aux feux ne seront pas effectives, cette ligne ne sera pas à haut niveau de service », détaille-t-on.

Des raisons qui ne relèveraient pas de la RTM, comme elle s’en défend, à l’image « des horaires des étudiants » qui « ne sont pas encore stabilisés » et qui « expliqueraient l’impact sur ce pic horaire de 7h/8h », avance la régie métropolitaine. Elle indique néanmoins « avoir engagé des moyens supplémentaires en régulation et teste avec le service circulation des phasages de feux pour tenter d’améliorer la fluidité du secteur obélisque Luminy.