« Agribashing » : « Le problème, c’est la déconnexion entre la population et la campagne », déplorent les paysans

VOUS TEMOIGNEZ Le fossé entre le monde rural et le reste de la société vous inquiète

Pierre Cloix

— 

Les agriculteurs se sont mobilisés dans toute la France
Les agriculteurs se sont mobilisés dans toute la France — KONRAD K./SIPA
  • Les agriculteurs manifestaient mardi contre la dépréciation du monde paysan
  • Ils se sont rendus devant les préfectures pour demander une « réponse » du président
  • Nous avons demandé à nos lecteurs paysans s’ils ressentaient « l’agribashing »

« Agribashing » : Un anglicisme pour une flopée d’émotions, qui se sont cristallisées par la mobilisation d’agriculteurs un peu partout en France. Ils étaient là, devant les préfectures, à scander : «  Macron, réponds-nous ! » Derrière ce slogan, un sentiment de dépréciation du monde paysan auquel ils appartiennent, et dont les préoccupations semblent toujours plus éloignées de celles des pouvoirs publics, et du reste de la société. Nous avons demandé à nos lecteurs paysans de nous raconter ce que leur inspirait le terme «  agribashing » et, pour eux, il est synonyme d’un malaise profond.

« Le problème, c’est la déconnexion entre la population et la campagne. Les gens ne savent pas comment fonctionne l’agriculture. », Explique Ghislain. Ce jeune homme, en cours d’installation en élevage laitier, sait déjà que les défis seront nombreux en tant qu’agriculteur : « Mes grands-parents vivaient avec 12 vaches, aujourd’hui, il en faut 50 par personne pour gagner "autant". On est obligé de mécaniser, concentrer les animaux, automatiser, afin de rester dans le "game" et de suivre le mouvement. Mais comment voulez vous expliquer cela à la population ? Il n’y a plus de liens entre la campagne et la ville. On salit les routes, nos épandages dérangent, mais au fond, c’est pour nourrir qui ? Alors oui, aujourd’hui, on se sent critiqués, dévalorisés, alors que l’on fait tout notre possible pour progresser. ».

« Dégoûté, bien sûr ! »

Parmi les témoignages que nous avons récoltés, la fracture mise en avant semble être celle qui éloigne les agriculteurs, donc, et les « nouveaux activistes » qui se veulent défenseurs « totaux » de la nature. Pour les agriculteurs nous ayant répondu, l’engagement de ces derniers n’est pas suffisamment inscrit dans la réalité rurale : « Je suis complètement dégoûté, bien sûr ! Comment voulez-vous qu’il en soit autrement avec ces incessants assauts émanant pour la plupart d’ associations de rêveurs peu scrupuleux, sous couvert d’anonymat ! », affirme Christian, éleveur sur l’Aubrac. Il est rejoint par Michel : « Il faudrait que ces activistes aient un jour faim pour qu’ils se rendent compte que ce sont les agriculteurs qui font en sorte que l’on n’en arrive pas là. »

Bio et pesticides

Ces derniers mois, la question des pesticides, s’est faite de plus en plus pressante. Répercussions sur la santé, toxicité pour la planète… Une « prise de conscience » qui a provoqué la remise en question de plusieurs decennies d’un certain mode de fonctionnement, pour certains agriculteurs. Seules les exploitations « bio » n’auront pas à procéder à ces ajustements.

Et pour l’opinion publique ? Trouve-t-on une différence de traitement entre agriculteurs « traditionnels » et « bio » ? C’est en tout cas ce que laissent entendre certains témoignages : « Eleveur en bio depuis mon installation cette année, partout où je passe les gens me soutiennent ; lorsque je cultive mes terres les gens me font "salut", les parents et leurs enfants montent sur le tracteur et je leur explique ce que je fais, comment je le fais et surtout pourquoi. » Raconte Ronan, qui refuse de prendre ses distances sur les « associations militantes qui stigmatisent l’agriculture conventionnelle. » Pour Sébastien, paysan en agriculture biologique depuis 12 ans, l’atmosphère ambiante est seulement le résultat d’un refus de s’adapter : « Je n’ai jamais été victime d’agribashing. Les agriculteurs n’ont pas voulu entendre les attentes des consommateurs : Ils ne veulent plus de pesticides et d’engrais chimiques et ils ont pris conscience de la cause animale. »

La solution par le dialogue

La rupture est-elle pour autant consommée Pas selon Alain, qui voit dans le dialogue une porte de sortie : « Il est très dur de se faire entendre par cette population qui ne côtoie pas le monde paysan, qui prend comme parole d’évangile tout ce qui jette l’opprobre sur le monde agricole. Comment faire entendre que l’agriculture conventionnelle utilise beaucoup de méthodes alternatives aux produits agrochimiques ? Que les progrès sont constants ? Il faut davantage laisser de la place à la parole paysanne. Quand nous expliquons notre travail à nos clients, nos amis, nos voisins, tous comprennent. Trop de place est laissée à des avis partiaux, mâtinés d’idéologie politique ou d’intérêts économiques entendus. »