Audition du PDG de Lubrizol:  Il reste « des éléments de réponses à apporter », indique le président de la commission d’enquête

LIVE Revivez l’audition du président du groupe Lubrizol, Eric Schnur, devant la commission d’enquête sénatoriale

S. A.

— 

Le président du groupe  Lubrizol Eric Schnur a été auditionné ce mardi matin par les députés de la mission d'information de l'Assemblée nationale.
Le président du groupe Lubrizol Eric Schnur a été auditionné ce mardi matin par les députés de la mission d'information de l'Assemblée nationale. — JACQUES DEMARTHON / AFP

L’ESSENTIEL

  • Un important incendie s’est déclaré le 26 septembre dans l’usine Lubrizol de Rouen, entreprise de produits chimiques classée Seveso seuil haut, détruisant plus de 5.000 tonnes de produits. Le feu a également touché trois entrepôts du voisin, Normandie Logistique, qui stockait plus de 4.000 tonnes de produits.
  • Une commission d’enquête a été créée au Sénat « afin d’évaluer l’intervention des services de l’État dans la gestion des conséquences environnementales, sanitaires et économiques de l’incendie de l’usine Lubrizol »
  • Le président du groupe Lubrizol, Eric Schnur, est auditionné ce mardi après-midi devant les 21 membres de la commission.

A LIRE AUSSI

LA VIDEO

 

C’est la fin de ce live

Merci d'avoir suivi l'audition du PDG de Lubrizol Eric Schnur, la première réalisée par la commission d'enquête du Sénat sur l'incendie de l'usine de Rouen, le 26 septembre.

17h43 : Il reste « des éléments de réponses à apporter »
« On a bien noté vos bonnes intentions », a déclaré Hervé Maurey, président de la commission d’enquête sur l’incendie de l’usine Lubrizol après le mot de conclusion exprimé par le PDG de Lubrizol Eric Schnur, soulignant que la commission s’assurera qu’elles sont traduisibles dans les faits.

Le président de la commission d’enquête sénatoriale a indiqué qu’il reste « des éléments de réponses à apporter ». A la suite des nombreuses questions qui ont été posées, « vous avez pu voir nos doutes quant à la réalité de la dangerosité des produits stockés », a-t-il dit.

Concernant les questions auxquelles Eric Schnur n’a pas pu répondre, il lui a adressé un délai de deux semaines pour y remédier.

17h39 : Le PDG de Lubrizol est « fier des équipes Lubrizol en France »
Au terme de son audition, le PDG de Lubrizol Eric Schnur a déclaré que le site prendre plusieurs mois à être dépollué au vu du grand nombre de fûts détruits dans l’incendie. Il a renouvelé ses excuses à toutes les personnes affectées et assurer que sa visite à Paris vise à comprendre les circonstances de l’incendie, d’apporter toute l’aide possible aux enquêteurs. Il est également « fier des équipes Lubrizol en France qui ont apporté toute leur aide à la communauté de Rouen».
 

17h31 : Le PDG de Lubrizol a rencontré la ministre des Transports Elisabeth Borne

« J’ai rencontré Elisabeth Borne, je vais la rencontrer lors de ma visite à Rouen je l’espère. Nous avons discuté de comment nous allons soutenir les personnes affectées ». Lors de cette entrevue, ils ont parlé de la création de comités locaux (avec des associations, ONG, population) pour mesurer l’impact et suivre les avancées. Le PDG de Lubrizol n’a pas encore rencontré le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume, ni le président Emmanuel Macron.
 

17h22 : Lubrizol va fournir une liste de ses produits stockés chez Normandie Logistique

La sénatrice Nicole Bonnefoy demande au PDG de Lubrizol de fournir une liste des produits stockés des produits chez Normandie Logistique. « Nous allons certainement fournir une liste exhaustive de tous les produits Lubrizol stockés chez Normandie, disponible sur le site de la préfecture ».

Pourquoi Lubrizol a-t-il stocké des produits chez Normandie Logistique ? Pour des questions d’espace et de facilité logistique, répond son PDG. « Nous avons des sites de stockage partout dans le monde », ajoute-t-il.

Quant à ses affirmations sur la toxicité des produits, qui ne présentent pas de danger sur la santé, Eric Schnur explique s’appuyer sur un plan défini avec des associations environnementales et les autorités locales, publié sur le site de la préfecture.

La sénatrice Nicole Bonnefoy a également interrogé le PDG sur les risques de combustion des cocktails de produits chimiques, Eric Schnur s’est dit prêt à réaliser des simulations d’associations et combinaisons de produits. « Mais la question fondamentale, c’est de savoir ce qui s’est passé. Nous devons savoir quelle est la source de l’incendie et s’assurer que cela ne se reproduit plus ».

17h19 : « Rassurer les voisins »

Acerbe, le sénateur du Nord Frédéric Marchand demande au PDG de Lubrizol si le fait que le site ne fera plus d’opérations de production est un aveu qu’au niveau des process, il y a eu quelques manquements.
Pour Eric Schnur, cette décision est avant tout pour rassurer les voisins. « Notre décision de ne pas reconstruire les installations comme auparavant, c’est simplement de vouloir exploiter les installations qui n’ont pas été impactées. Il est clair que nous ne pouvons pas continuer à travailler comme avant. Nous pourrions reprendre les mêmes opérations mais je pense que cela ne rassurera pas les voisins. ».

16h52 : « Pas d’impact sanitaire » déclaré pour le moment

« Jusqu’à présent 1.000 échantillons » sur 2.000 prélèvements ont confirmé qu’il n’y a pas d’impact sanitaire, répond Eric Schnur au sénateur de la Loire, Jean-Claude Tissot. « Un plan de surveillance est engagé à moyen et long terme » et l’eau utilisée lors de l’incendie va être confinée et traité, ajoute le PDG de Lubrizol.
 

16h40 : « Nous avons investi 20 millions d’euros » après l’incident de 2013

Christine Bonfanti-Dossat, rapporteure de la commission d’enquête sur l’incendie de l’usine Lubrizol, interroge Eric Schnur sur les conséquences tirées de l’incident de 2013 [une fuite de gaz mercaptan] et la condamnation qui a suivi en 2014.

« Nous avons investi 20 millions d’euros pour améliorer la sécurité et prévenir les risques, ça n’a aucun lien avec l’incendie du 26 septembre », répond le PDG de Lubrizol.

Revenant sur cet incident, la sénatrice Céline Brulin évoque l’incendie du site d’Oudalle dans Le Havre. « C’était un feu électrique de petite ampleur, il n’y a pas eu d’impact pour les communautés environnantes ».

La sénatrice met en garde sur le PDG de Lubrizol sur son parallèle fait entre la fumée de l’incendie de l’usine qui n’est pas plus nuisible que celle d’une maison en flammes. 

16h30 : Le Sénat examinera tous les documents d’analyses sanitaires présentés par Lubrizol

Hervé Maurey, président de la commission d’enquête sur l’incendie de l’usine Lubrizol a demandé au PDG de Lubrizol de communiquer à la commission d’enquête tous les documents (tests et échantillonnage) relatifs à des analyses sur les conséquences sanitaires de l’incendie de l’usine.

16h28 : Le site touché par l’incendie ne fera plus de production

« Nous allons nettoyer ce site et le transformer dans un site qui ne fera pas de production, nous n’allons pas l’utiliser pour les mêmes opérations », a déclaré Eric Schnur au sujet de l’usine Lubrizol de Rouen.
 

16h25 : « Lubrizol ne stockait que des matières non dangereuses chez Normandie Logistique »

« Lubrizol ne stockait uniquement des matières non dangereuses chez Normandie Logistique » [cette dernière n’est pas classée site Seveso], déclare Eric Schnur. « Les autorités n’étaient pas régulièrement au courant des produits qu’on stockait », dit-il. « Tout sous-traitant suivent la même formation que nos employés en termes de sécurité est est au même niveau de léglisation », répond-il à la sénatrice Nicole Bonnefoy, qui revient sur un rapport réalisé en 2010 sur des dysfonctionnements chez les sous-traitants de Lubrizol.

16h16 : Quid des indemnisations ?

Lors de son discours d’entrée, Eric Schnur a réaffirmé que Lubrizol compte indemniser les agriculteurs et secteurs impactés « comme l’hôtellerie et la restauration » et fera « la promotion de cette belle ville de Rouen ». Le PDG de Lubrizol assure que tous les employés seront rémunérés. Il envisage la remise en activité de la partie production de l’usine, non touchée par l’incendie.

Où en êtes-vous sur la question de l’indemnisation ? Quand vous parlez d’indemnisation forfaitaire, de quoi parlez-vous ?, demande Hervé Maurey, président de la commission d’enquête sur l’incendie de l’usine Lubrizol
« Nous allons gérer les fonds pour identifier les agriculteurs qui doivent recevoir un soutien le plus rapidement possible, nous avons travaillé avec la préfecture pour créer un fonds pour les entreprises, nous avons également financé des opérations de nettoyage et les évaluations environnementales ». Le PDG de Lubrizol répond à l’affirmative quand le président de la commission d’enquête lui répond qu’il met en place des dispositifs pour faire face aux besoins immédiats. Lubrizol n'a pas encore de vue en globalité.

15h59 : Le site de Rouen respecte « pleinement les normes de sécurité »

Le PDG du groupe Lubrizol Eric Schnur assure que le site respecte « pleinement les normes de sécurité ». « Les tests ont montré qu’il n’y avait pas d’impact environnemental immédiat (…) et pas d’inquiétude à avoir sur les impacts sanitaires à moyen terme à avoir », a-t-il dit.
 

15h57 : « Pas de danger pour la santé »

« D’après nos informations, les produits qui ont brûlé ne présentent pas de danger pour la santé, outre les irritations liées au dégagement de fumée », a déclaré Eric Shnur. « Nous pensons pouvoir affirmer que tous les produits présents sur le site de Lubrizol et Normandie logistique ne présentent pas de danger pour la santé nous sommes en faveur de tests supplémentaires pour soulever les inquiétudes ».
 

15h50 : Eric Schnur présente ses excuses à toutes les personnes touchées par l’incendie

Le PDG du groupe Lubrizol Eric Schnur commence par présenter ses excuses aux salariés et toutes les personnes touchées par l’incendie de l’usine de Lubrizol de Rouen. Il réaffirme que selon ses informations, « l’incendie a débuté hors de note site ».

« Nous soutenons les enquêtes en cours », a-t-il déclaré. « Nous sommes conscients que nous avons de la chance qu’il n’y ait pas eu de victimes ».

« Lubrizol travaille avec Normandie logistique depuis des années (…) Nous avons fourni toutes les informations aux officiels et personnes de l’autorité publique. »

15h45 : Des réponses claires attendues de la part d’Eric Schnur

« Nous souhaitons avoir un certain nombre de réponses de sa part sur l’incendie du 26 septembre », déclare en préambule Hervé Maurey, président de la commission d’enquête sur l’incendie de l’usine Lubrizol.

15h38 : Début de l’audition du PDG de Lubrizol devant la commission d’enquête sénatoriale

Entendu ce matin par les députés, Eric Schnur va répondre aux questions des sénateurs sur l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen.

15h28 : L’usine de Rouen pourrait bientôt reprendre ses activités dans la partie production

Le PDG du groupe Lubrizol Eric Schnur a indiqué lors de son audition à l’Assemblée qu’il prévoyait de se rendre à Rouen « plus tard dans la semaine » et évoqué l’hypothèse d’un redémarrage des activités dans la partie production, « qui n’a pas été détériorée par l’incendie », contrairement à la partie stockage du site. Un « enjeu primordial » pour les employés comme pour les clients de Lubrizol.

15h26 : Les agriculteurs et acteurs touristiques seront indemnisés par Lubrizol

Eric Schnur a assuré devant les députés que le groupe Lubrizol entendait assumer sa part des indemnisations, pour dédommager les agriculteurs mais aussi le secteur touristique, sans toutefois évoquer de montant. « Je n’ai pas de budget (préétabli), nous souhaitons être de bons voisins, nous souhaitons aider », a-t-il expliqué. « J’ai engagé des millions d’euros et je le ferai encore plus si c’est nécessaire, nous voulons travailler avec les autorités locales ». Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a évoqué un préjudice estimé « entre 40 et 50 millions » d’euros pour les agriculteurs.

Concernant les salariés de l’usine de Rouen, « leurs salaires sont versés intégralement », a déclaré Eric Schnur, indiquant avoir rencontré certains d’entre eux lors de sa visite début octobre.

15h22 : Les produits consumés lors de l’incendie ne présentent « aucune menace sur la santé »

Lors de son audition devant les députés, Eric Schnur a assuré que les produits qui ont brûlé dans l’usine et sur le site voisin de Normandie Logistique sont connus avec précision et ne sont pas dangereux pour la santé. « Nous pouvons affirmer que ces substances ne portent aucune menace sur la santé, ni à court terme ni à long terme, en dehors d’irritations passagères normalement provoquées par la fumée le jour de l’incendie », a-t-il affirmé. « Mais nous comprenons que des préoccupations persistent », a-t-il déclaré

15h19 : L’incendie s’est « s’est déclenché à l’extérieur » du site

Entendu pendant près de deux heures par la mission d’information de l’Assemblée nationale ce mardi matin, le PDG du groupe américain Lubrizol, Eric Schnur, a réaffirmé que l’incendie « s’est déclenché à l’extérieur ». « Toutes les informations dont nous disposons indiquent que l’incendie s’est déclenché à l’extérieur de nos installations, mais nous attendons d’en connaître exactement la source et la cause », a-t-il déclaré aux députés.

« J’ai pu voir deux vidéos après l’incendie qui nous portent à penser que l’incendie a démarré hors de notre site », a-t-il dit. Dans ces vidéos, « on voit simplement un feu qui arrive sur notre site, mais on ne sait pas ce qui se passe de l’autre côté », a-t-il poursuivi indiquant participer "pleinement à l’enquête en cours".

15h10 : Les questions en suspens avant l’audition du patron de l’entreprise

Comment le feu s’est-il déclenché ? Qui est responsable ? Comment va se dérouler l’indemnisation ? Manon Aublanc, journaliste de 20 Minutes, a fait le point avec Guillaume Blavette, administrateur de France nature environnement (FNE), sur les questions qui restent en suspens.

 

Bienvenue dans ce live. 20 Minutes suit ce mardi après-midi l’audition du président du groupe américain Lubrizol, près d’un mois après le gigantesque incendie qui a touché l’usine de Rouen et détruit plus de 5.000 tonnes de produits chimiques.