Essonne : Le pompier qui a insulté Emmanuel Macron demande sa clémence

MEA CULPA Dans une lettre, le pompier de l'Essonne qui insulté Emmanuel Macron et risque la révocation en appelle à sa clémence

C-E.AK

— 

Le coup de gueule de ce pompier professionnel est devenu viral mercredi.
Le coup de gueule de ce pompier professionnel est devenu viral mercredi. — Capture d'écran Facebook

Nicolas B. fait son mea culpa. Ce pompier de l’Essonne âgé de 28 ans avait été filmé en train d’insulter Emmanuel Macron le 15 octobre dernier après une blessure survenue à l’issue de la manifestation des pompiers dans les rues de Paris. Sa colère avait été visionnée plus de deux millions de fois sur les réseaux sociaux.

Aujourd’hui, le père de famille risque la révocation des pompiers de l’Essonne. Par le biais de ses avocats, Valentine Rebérioux et Louise Bouchain, il adresse une lettre ouverte au Président de la République, au ministre de l’Intérieur, au préfet et au président du conseil départemental de l’Essonne dont des extraits sont publiés ce mardi par Le Parisien.

Il a refusé d’adresser une lettre d’excuses

« Il vous revient de trancher si le respect dû à votre personne et à votre fonction mérite la tête d’un homme », est-il écrit, à l’adresse d’Emmanuel Macron. Il est également ajouté que Nicolas B., s’est exprimé « en état de choc », à la suite de sa blessure à la cuisse qui lui a valu plus de 11 jours d’ITT.

Malgré ses « regrets » pour ses propos à l’encontre du chef de l’Etat qui « salissent l’image des pompiers », il a refusé de rédiger une lettre d’excuses, à la demande du SDIS 91. Il a jugé la démarche « humiliante », selon ses conseils. Contacté par Le Parisien, le SDIS 91 indique que Nicolas B. sera jugé devant le tribunal administratif de Versailles, où sera décidé son éventuelle révocation. Et indique qu' Emmanuel Macron ​ne sera pas juge du sort de Nicolas B., « ce sera à la justice de trancher ».