Lyon : Une plaque à la mémoire des juifs déportés vandalisée

DEGRADATIONS Les autorités condamnent fermement la dégradation de la plaque commémorative de la rue Sainte-Catherine à Lyon

E.F.

— 

La plaque commémorative de la rafle de la rue Saint-Catherine à Lyon.
La plaque commémorative de la rafle de la rue Saint-Catherine à Lyon. — P. Fayolle / Sipa

Les noms de victimes de la rafle survenue le 9 février 1943 ont été en partie barrés d’un épais trait noir. Les autorités ont condamné fermement les dégradations découvertes ce lundi matin sur la plaque commémorative installée au 12, rue Sainte-Catherine, dans le 1er arrondissement de Lyon, en mémoire des 84 juifs raflés, internés au camp de Drancy puis envoyés vers des camps d’extermination.

En avril, des tags racistes et antisémites ​avaient été découverts avenue Berthelot, sur les vitrines de commerces situés non loin du Centre d’histoire, de la résistance et de la déportation. Et en août  2017, la stèle en mémoire des enfants d’Yzieu avait été détruite dans un jardin de la ville.

« Voir ainsi souillée la plaque commémorative de la rue Sainte-Catherine et la mémoire des victimes du nazisme est une insulte et un coup porté à chaque Lyonnais », a réagi ce lundi le maire de Lyon Gérard Collomb, assurant que seront rapidement nettoyées les traces de cette infamie.

« Cet acte lâche nous encourage à poursuivre avec détermination le devoir de mémoire », a ajouté le préfet du Rhône Pascal Mailhos. De son côté, le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld a souhaité se rappeler des 84 personnes déportées. « Parmi eux, seuls quatre survivants. Aujourd’hui, plus encore, je souhaite leur rendre hommage. Nous ne les oublierons pas », a-t-il souligné sur Twitter.

Des tags antisémites et pro-Merah découverts à Caluire près de Lyon