Chili : Des milliers de passagers bloqués et des vols annulés à l’aéroport de Santiago

MOUVEMENT SOCIAL Pour répondre aux émeutes qui secouent le pays depuis vendredi, le gouvernement a instauré un couvre-feu qui a provoqué plusieurs annulations de vols à l’aéroport de la capitale

20 Minutes avec AFP

— 

Des centaines de passagers se sont retrouvés bloqués à l'aéroport de Santiago, au Chili, le 20 octobre 2019.
Des centaines de passagers se sont retrouvés bloqués à l'aéroport de Santiago, au Chili, le 20 octobre 2019. — Pedro Ugarte / AFP

Couvre-feu oblige, des milliers de passagers ont été bloqués à l’aéroport Santiago du Chili ce dimanche. Cette décision a été prise par le gouvernement chilien pour répondre aux émeutes qui secouent le pays depuis vendredi.

Les couloirs du principal terminal ont été convertis en dortoirs où les passagers dormaient sur le sol, pendant que d’autres attendaient en longues files aux comptoirs des compagnies aériennes dans l’attente d’informations sur leur vol. Des centaines de départs ont été annulés ou reprogrammés après l’explosion de colère sociale à Santiago depuis vendredi.

Sept morts depuis vendredi

« Nous sommes ici à cause du couvre-feu. Nous ne savons rien sur nos vols », confie une étudiante péruvienne venue au Chili participer à un congrès scientifique sur les forêts avec 120 autres personnes. « Nous devons faire de longues files d’attente pour savoir ce qui va se passer, nous ne savons pas si les manifestations vont empirer ». Dans la capitale chilienne, qui compte sept millions d’habitants et est soumise à l’état d’urgence et un couvre-feu entre 19 heures et 6 heures, heures locales, a été instauré. Les transports publics sont quasiment paralysés avec l’arrêt total du métro et partiel des bus.

Les émeutes et les pillages ont fait sept morts depuis vendredi dans la pire explosion sociale qu’ait connue le Chili depuis des décennies. Sans rien à manger ni à boire, sans possibilité de sortir de l’aéroport en raison du couvre-feu et de l’absence de transports, les passagers attendent patiemment.

Des centaines de départs reportés

« En raison de la situation actuelle à Santiago et dans d’autres villes du Chili, le groupe LATAM Airlines a dû annuler tous ses vols depuis l’aéroport de Santiago entre 19 heures aujourd’hui et 10 heures demain » lundi, a annoncé la principale compagnie latino-américaine qui a toutefois maintenu deux vols sur Lima et un vers Madrid. La compagnie aérienne chilienne à bas coûts JetSmart a également annoncé l’annulation de 11 vols intérieurs ainsi que d’un vol vers Lima avec la reprogrammation d’une vingtaine d’autres. Sky Airline a annulé 20 vols.

Les couloirs du principal terminal ont été convertis en dortoirs où les passagers dormaient sur le sol, pendant que d’autres attendaient en longues files aux comptoirs des compagnies aériennes dans l’attente d’informations sur leur vol. Des centaines de départs ont été annulés ou reprogrammés après l’explosion de colère sociale à Santiago depuis vendredi. « Nous sommes ici à cause du couvre-feu. Nous ne savons rien sur nos vols », confie une étudiante péruvienne venue au Chili participer à un congrès scientifique sur les forêts avec 120 autres personnes. « Nous devons faire de longues files d’attente pour savoir ce qui va se passer, nous ne savons pas si les manifestations vont empirer ».

Dans la capitale chilienne, qui compte sept millions d’habitants et est soumise à l’état d’urgence et un couvre-feu entre 19 heures et 6 heures locales, les transports publics sont quasiment paralysés avec l’arrêt total du métro et partiel des bus. Sans rien à manger ni à boire, sans possibilité de sortir de l’aéroport en raison du couvre-feu et de l’absence de transports, les passagers attendent patiemment. Plusieurs compagnies internationales ont annoncé des retards sur leurs liaisons.