Les infos immanquables du jour : Balkany à nouveau condamné, BoJo sous pression et plan miracle pour les Bleus

ACTU Tout ce qu'il ne fallait pas rater dans l'actualité de ce vendredi 18 octobre 2019

B.V.

— 

Patrick Balkany lors de son procès pour fraude fiscale, au mois de juin
Patrick Balkany lors de son procès pour fraude fiscale, au mois de juin — SOLAL/SIPA

C’est une règle que chacun devrait s’imposer avant de partir en week-end et de totalement lâcher prise : un petit tour d’actualité. Et comme la vie est bien faite, 20 Minutes vous propose ses immanquables pour ne rien laisser passer avant de prendre son baluchon.

Le jugement du jour : Patrick Balkany condamné à cinq ans de prison pour « blanchiment »

Il avait déjà été condamné à quatre ans de prison pour « fraude fiscale » le 13 septembre. Patrick Balkany a cette fois écopé de cinq ans pour « blanchiment » lors du jugement rendu vendredi en début d’après-midi par Benjamin Blanchet, le président de la 32e chambre. Sa femme, Isabelle Balkany, a elle aussi été condamnée à quatre ans de prison, mais sans mandat de dépôt, en raison de son état de santé. Un jugement qui amène d’autres questions : les peines s’additionneront-elles ? Patrick Balkany pourra-t-il se présenter aux municipales de Levallois ?  On vous explique tout ça.

La question du jour : Boris Johnson peut-il le faire ? 

Vingt-quatre heures pour convaincre. L'avenir du Royaume-Uni s'est peut-être joué en coulisses, ce vendredi. Alors que le premier ministre britannique Boris Johnson a trouvé un accord jeudi avec l'Union Européenne pour le Brexit, il doit encore convaincre sa propre chambre des parlementaires de ratifier cet accord, dont le vote samedi sera décisif. Et ce n’est pas exactement une mince affaire. « Quelque part, sa chance vient de son absence de majorité absolue, qui l’oblige à devoir récupérer des voix dans les partis adverses », nous explique Agnès Alexandre-Collier, professeure et coautrice Des partis politiques en Grande-Bretagne (Ed. Armand Colin). Petit tuto pour Bojo.

La manifestation du jour : La Catalogne continue de s'embraser

C'est désormais tous les soirs. La Catalogne s'embrase quotidiennement depuis les sévères condamnations, de neuf à 13 ans de prison ferme, prononcées par la cour suprême espagnole contre les principaux dirigeants et dirigeantes indépendantistes qui ont déclaré, unilatéralement, l’indépendance de la région, en octobre 2017. Alors qu’une nouvelle manifestation spontanée a eu lieu vendredi après-midi, le « clasico » entre le Barça et le Real en foot a été annulé. Et il est très difficile d’imaginer à l’heure actuelle un scénario de sortie de crise.

La note d’espoir du jour : Les Bleus à la recherche d'un miracle

La France s'était incliné contre le Pays de Galles au mois de février après avoir mené 16-0
La France s'était incliné contre le Pays de Galles au mois de février après avoir mené 16-0 - Ben Evans/Huw Evans/REX/Shutterstock/SIPA

Disons-le tout net, notre XV de France ne partira pas favori face au pays de Galles, dimanche en quart de finale de la Coupe du monde de rugby. Mais puisqu'il faut bien au moins faire semblant d'y croire, tentons de nous convaincre que l’exploit est possible. Comment ? En essayant de jouer plus qu’une mi-temps, pour commencer… Notre envoyé spécial au Japon nous détaille tout ce que les Bleus de Brunel doivent faire pour espérer un miracle.

La promesse du jour : Les gynécos accouchent d'un « label bientraitance » pour les maternités

Il y a trois ans, une vague de critiques dénonce les violences obstétricales dans les maternités. Aujourd’hui, les gynécos veulent mieux faire et aimeraient qu’on parle davantage de bienveillance. La société savante des gynécos obstétriciens a ainsi lancé en septembre un « label bientraitance », répondant à 12 exigences, qu’une dizaine de maternités ont obtenu pour l’instant. Parmi ces exigences ?  La transparence et le dialogue avec les parents. 

Pour prolonger votre cure d’informations, on vous prescrit une dose de « Minute Papillon ! » notre podcast d’actualités.