C’est l’heure du BIM : Mouvement social surprise à la SNCF, esquive de Castaner et jugement dernier pour les Balkany

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

XM

— 

Un quai de gare à Marseille le 2 février 2010, à quelques heures de la grève des cheminots de la SNCF.
Un quai de gare à Marseille le 2 février 2010, à quelques heures de la grève des cheminots de la SNCF. — G. HORCAJUELO/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Un mouvement social à la SNCF va perturber pour la journée le trafic ferroviaire

La circulation des trains va être perturbée dans plusieurs régions aujourd’hui, en raison d’un « mouvement social inopiné », indique la SNCF. Selon France Info, ce sont notamment l’Ile-de-France, le Grand-Est, les Hauts-de-France, l’Occitanie, les Pays de la Loire et la Nouvelle-Aquitaine qui vont être touchés par l’invocation des agents à leur droit de retrait. Des contrôleurs et conducteurs de trains de la SNCF ont fait valoir leur « droit de retrait », jeudi soir, au lendemain d’une collision à un passage à niveau à Saint-Pierre-sur-Vence (Ardennes), qui a fait 11 blessés. 20 Minutes vous en dit plus par ici.

Ce qu’il faut retenir de l’interview de Christophe Castaner sur France 2

«Gilets jaunes », maintien de l’ordre, colère des policiers, mobilisation des pompiers, terrorisme… Les sujets sur lesquels pouvait être interrogé Christophe Castaner ne manquaient pas, jeudi soir, lors de l’émission Vous avez la parole sur France 2. Aidé par les questions creuses ou sans réel intérêt de Léa Salamé et Thomas Sotto, certaines émaillées de chiffres qui font peur, le ministre de l’Intérieur a pu tranquillement dérouler ses éléments de langage et esquiver les sujets ennuyeux. Bref, 20 Minutes vous résume les quelques points intéressants de l’émission.

C’est le jour du jugement dernier pour les Balkany

Cela fait plus d’un mois qu’il dort dans ce qu’on appelle le « quartier des vulnérables » de la prison de la Santé, à Paris. Mais Patrick Balkany est « pépère », selon une source pénitentiaire.  Condamné à quatre ans de prison ferme pour « fraude fiscale » le 13 septembre, le maire (LR) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) va découvrir en tant que détenu, ce vendredi, le jugement du tribunal correctionnel de Paris dans le volet « blanchiment » et « corruption » de son épais dossier judiciaire. 

Avec son épouse Isabelle, Patrick Balkany est soupçonné d’avoir caché au fisc un patrimoine évalué à 13.006.052 euros, notamment dans deux demeures à Saint-Martin (Antilles) et à Marrakech (Maroc). Quoi qu’il en soit, le maire de Levallois-Perret dormira en prison ce vendredi soir. S’il a déjà fait appel de sa première condamnation et fera sans doute de même en cas de seconde, sa demande de remise en liberté ne sera examinée que mardi prochain.