Oise : Une sortie scolaire dans une caserne de pompiers annulée à cause du voile d’une accompagnatrice

OISE Le Sdis de l’Oise évoque une « erreur d’interprétation » et prône l’apaisement

20 Minutes avec AFP

— 

Une femme portant le voile. (Illustration)
Une femme portant le voile. (Illustration) — V. WARTNER / 20 MINUTES

Les pompiers de la caserne de Creil ont refusé lundi une visite scolaire au motif qu’une accompagnatrice, parent d’élève, portait un voile, a-t-on appris mardi auprès du Sdis de l’Oise, qui évoque une « erreur d’interprétation » et prône l’apaisement.

Des élèves de l’école Louis-Pergaud devaient visiter lundi le centre de secours principal de Creil. Mais une accompagnatrice s’est vu refuser l’accès à la caserne par un officier, ce qui a entraîné l’annulation de la visite. Elle était « habillée d’un tchador », avec « le visage non dissimulé », a déclaré Eric de Valroger, président du Sdis (service départemental d’incendie et de secours), confirmant une information du Parisien.

« L’officier pensait bien faire, son objectif était d’appliquer la loi, de bonne foi », a souligné Eric de Valroger. « Je pense que c’est une erreur d’interprétation, on aurait dû la laisser rentrer. »

« Pas de sanction contre cet officier »

L’accompagnatrice, âgée de 36 ans et mère de deux enfants, s’est dite « choquée ». « Je ne m’y attendais pas, j’étais abasourdie », a-t-elle confié, expliquant avoir « pris sur [s]on temps libre » pour accompagner la sortie, « à la demande de l’école, qui manquait d’accompagnateurs ».

La trentenaire a ensuite fait part de sa mésaventure dans un message posté sur un groupe privé sur Facebook, qui a rapidement circulé sur les réseaux sociaux. « Je souhaitais dénoncer un dérapage, une injustice et éviter que ça se reproduise. Mais je ne critique pas les sapeurs-pompiers, j’ai une haute estime d’eux et de leur travail. » Elle a tenu à se distinguer des appels au boycott des ventes des calendriers de pompiers qui ont fleuri sur Internet.

« Depuis, il y a eu des discussions entre cette dame et l’officier, qui a présenté ses excuses. Les choses se sont apaisées », a annoncé Eric de Valroger, également vice-président LR du conseil départemental de l’Oise. « Je ne prendrai pas de sanction contre cet officier. »

Cet incident survient alors que, depuis plusieurs jours, l’exécutif se divise sur le cas des mères voilées accompagnant les sorties scolaires, entre ceux pour qui porter le foulard à cette occasion n’est « pas souhaitable » et ceux qui plaident pour « l’inclusion » de ces femmes. En 2013, le Conseil d’Etat a estimé que les mères voilées accompagnant les sorties scolaires ne sont pas soumises aux « exigences de neutralité religieuse ».