Pas-de-Calais : Après un siècle d’attente, un village enfin raccordé à l’eau potable

INSOLITE Sains-lès-Marquion, dans le Pas-de-Calais, était la dernière commune du bassin Artois-Picardie à ne pas être connectée à un réseau d’eau public

Gilles Durand

— 

La commune de Sains-lès-Marquion était la dernière du bassin Artois-Picardie à ne pas être raccordée à un réseau d'eau potable.
La commune de Sains-lès-Marquion était la dernière du bassin Artois-Picardie à ne pas être raccordée à un réseau d'eau potable. — G. Durand / 20 Minutes
  • Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, il y a cent ans, un village du Pas-de-Calais n’avait jamais été raccordé à un réseau de distribution d’eau.
  • Les 350 habitants avaient accès à l’eau courante grâce à des forages de puits personnels.
  • La construction de ce réseau de distribution d’eau potable vient de commencer dans la commune.

C’était la dernière commune du bassin Artois-Picardie* à ne pas être raccordée à un réseau d’eau public. Sains-lès-Marquion et ses 350 habitants ne feront plus figure d’exception. Depuis une semaine, des travaux d’installation du réseau ont commencé. Un ouf de soulagement pour le maire.

Comment ce village du Pas-de-Calais a-t-il pu rester hors d’un réseau d’alimentation d’eau aussi longtemps ? L’anomalie date de la fin de la Première Guerre mondiale. Au moment de la reconstruction, entre 1918 et 1927, la plupart des communes du Pas-de-Calais ont reçu des subventions du Pari mutuel et du Ministère des Régions libérées pour installer un réseau de distribution via un château d’eau. Sains-lès-Marquion a été oublié.

« Nous sommes tous devenus un peu sourciers »

« A l’époque, on nous a installé 20 puits en disant "on verra plus tard" », raconte Guy de Saint-Aubert, maire du village. Un siècle plus tard, la situation n’avait pas évolué si ce n’est que chaque habitation avait fini par s’équiper de son propre forage. Car la commune repose sur d’énormes réserves d’eau. « Vous creusiez 1 ou 2 mètres et vous trouviez de l’eau. Ici, nous sommes tous devenus un peu sourcier », plaisante l’élu.

Le «château d'eau» personnel, présent dans chaque habitation de Sains-lès-Marquiion, dans le Pas-de-Calais.
Le «château d'eau» personnel, présent dans chaque habitation de Sains-lès-Marquiion, dans le Pas-de-Calais. - G. Durand / 20 Minutes

Certes, il n’était pas question d’aller chercher l’eau au fond du puits avec un seau. Des pompes surpresseurs faisaient le travail et l’eau coulait au bout du robinet. Mais il fallait entretenir ces pompes. « Avant, elle durait plus de dix ans, maintenant, il faut les changer quasiment tous les ans », précise une habitante, surprise par ce système un an après avoir acheté sa maison. « Je m’en suis rendu compte quand j’ai vu que je ne payais pas de facture », sourit-elle.

« L’avantage, c’est que tout le monde faisait attention à ne pas polluer car on savait que ça se retrouvait dans l’eau, plaide le maire. On ne jetait pas ses vidanges au fond du jardin. On s’arrangeait pour ne pas subir d’épandage. »

De l’eau de bonne qualité

Même si certains habitants préféraient boire l’eau en bouteille, « la qualité de l’eau n’a jamais été un problème », selon Guy de Saint-Aubert. « Chaque analyse réalisée était rassurante. Il y a quelques années, l’hôpital de Cambrai nous avait alertés sur un cas d’hépatite dans le village. Après vérification, l’eau avait été mise hors de cause », se souvient le maire.

Il y a une vingtaine d’années, il avait déjà demandé le raccordement. « Mais personne ne voulait payer », déplore-t-il. Cette fois, la commune a eu la chance que le Siden-Sian, syndicat qui gère la distribution d’eau sur le territoire, accepte – avec une aide de l’Agence de l’eau – d’investir un million d’euros dans ce chantier.

Un raccordement massif ?

Reste à savoir si les 158 habitations vont se raccorder, car ce n’est pas obligatoire et payer une facture d’eau risque d’être un « choc culturel », selon le maire. « La mise en service sera gratuite pendant deux ans à signature du contrat, précise l’Agence de l’eau. Les puits actuels, déconnectés du réseau pour éviter une éventuelle contamination, pourront encore servir aux divers arrosages. »

Le maire de Sains-lès-Marquion, Guy de Saint-Aubert (à droite), sur le chantier de construction du premier réseau d'eau potable sur la commune.
Le maire de Sains-lès-Marquion, Guy de Saint-Aubert (à droite), sur le chantier de construction du premier réseau d'eau potable sur la commune. - G. Durand / 20 Minutes

Le chantier de construction vient de débuter dans la rue principale de Sains-lès-Marquion. Il doit prendre fin au printemps 2020. « Pour l’instant, tout le monde nous dit vouloir se raccorder », assure le chef de chantier. On va fêter le premier verre d’eau.

* Le bassin couvre les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme et une petite partie de l’Oise et de l’Aisne.