Attaque à la préfecture de police: Castaner et Nuñez ont répondu avec «précision» à la délégation parlementaire au renseignement

ENQUETE Le ministre de l’Intérieur et son secrétaire d’Etat ont répondu « avec un souci de précision et la volonté de nous donner les informations nécessaires »

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d’Etat Laurent Nuñez lors de la cérémonie en hommage aux victimes de l'attaque à la préfecture de police de Paris, le 8 octobre.
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d’Etat Laurent Nuñez lors de la cérémonie en hommage aux victimes de l'attaque à la préfecture de police de Paris, le 8 octobre. — Francois Mori/AP/SIPA

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d’Etat Laurent Nuñez ont répondu avec « précision » à toutes les questions lors de leur audition ce mardi matin devant la délégation parlementaire au renseignement, a indiqué son président Christian Cambon.

Christophe Castaner et Laurent Nuñez ont été entendus par la délégation après l’attaque qui a fait quatre morts à la préfecture de police jeudi dernier. Ils ont répondu « avec un souci de précision et la volonté de nous donner les informations nécessaires », a déclaré Christian Cambon à la presse à l’issue de l’audition.

A quelles données a eu accès Mickaël Harpon ?

Le président de la délégation parlementaire au renseignement, a précisé qu’ils avaient été interrogés sur des questions « autour de l’habilitation et du renouvellement de l’habilitation d’une manière générale des agents et particulièrement de l’agent en question ». « Ce qui crée le caractère de gravité supposée, ce sont les données auxquelles ce personnage a eu accès en tant qu’opérateur informatique », a-t-il insisté.

« Nous avons évoqué aussi la détection des phénomènes de radicalisation au sein de la préfecture de police et particulièrement de ce service, les éléments de sécurité qui touchent la préfecture de police, et là aussi nous avons reçu un certain nombre de réponses précises », a-t-il ajouté. « Nous sommes convenus collégialement (…) de poursuivre nos travaux, de poursuivre nos auditions – on réentendra certainement le secrétaire d’Etat et peut-être le préfet de police et d’autres responsables, de telle sorte à pouvoir approfondir notre travail », a encore expliqué Christian Cambon.

D’autres auditions en prévision pour Castaner

Le contrôle par le Parlement des services spécialisés de renseignement est exercé par cette délégation parlementaire au renseignement.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner sera également entendu mardi par la commission des Lois de l’Assemblée nationale et jeudi par celle du Sénat. Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand a donné suite ce mardi à la demande des députés du groupe Les Républicains de création d’une commission d’enquête sur l’attaque de la préfecture de police et celle-ci se mettra au travail « dès la semaine prochaine ».