Attaque au couteau à la préfecture de police : L'opposition LR veut une commission d'enquête à l'Assemblée

POLITIQUE Certains parlementaires LR exigent la démission du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner

B.D. avec AFP

— 

Un policier en faction devant la préfecture de police de Paris après l'attaque au couteau le 3 octobre 2019.
Un policier en faction devant la préfecture de police de Paris après l'attaque au couteau le 3 octobre 2019. — Michel Euler/AP/SIPA

Le patron des députés Les Républicains Christian Jacob a annoncé ce samedi qu’il allait demander mardi une « commission d’enquête » à l’Assemblée sur l’attaque à la préfecture de police de Paris, certains parlementaires LR exigeant la démission du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

«Il faudra comprendre pourquoi et comment une telle chose est possible», a affirmé l'ancien président Nicolas Sarkozy, en déplacement avec Christian Jacob à Provins, se disant «bouleversé par ce qu'il s'est passé» et soulignant «la sauvagerie inouïe de ces assassinats».

« Mardi en conférence des présidents, je vais demander la mise en place d’une commission d’enquête sur l’affaire de la préfecture de police », a dit le candidat à la présidence de LR, précisant qu’il souhaitait la voir commencer « ses travaux dans les plus brefs délais ».

Le groupe prêt à utiliser son « droit de tirage » annuel

« L’affaire est très grave ». Il faut la prendre « très au sérieux parce qu’elle engage la sécurité, l’efficacité de nos services de renseignement », a-t-il insisté, précisant que son groupe était prêt à utiliser son « droit de tirage » annuel qui lui permet d’inscrire une demande de commission d’enquête à l’ordre du jour de l’Assemblée.

Le député LR Eric Ciotti a précisé, dans un communiqué, avoir déposé, avec l’accord de Christian Jacob, une proposition de résolution « relative à la création d’une commission d’enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur les dysfonctionnements ayant conduit aux attaques commises à la préfecture de Police de Paris le jeudi 3 octobre 2019 ».

Même ton du président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau, qui a repris sur Twitter des informations de certains médias.

Le député Guillaume Larrivé, également candidat à la présidence LR, a également demandé la démission du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, se demandant s’il y avait une volonté de « dissimulation » du ministre lorsqu’il a déclaré jeudi que le tueur n’avait jamais présenté de signe d’alerte.