Affaire Preynat : Des victimes demandent au Vatican que le diocèse de Lyon les indemnise

PEDOPHILIE DANS L'EGLISE D'anciens scouts de Sainte-Foy-lès-Lyon demandent au Vatican de reconnaître la responsabilité du diocèse de Lyon dans l'affaire Preynat

20 Minutes avec AFP

— 

Vue de la basilique de Fourvière depuis le parc des Hauteurs à Lyon.
Vue de la basilique de Fourvière depuis le parc des Hauteurs à Lyon. — E. Frisullo/20 Minutes

Des victimes de Bernard Preynat, ce prêtre défroqué en juillet à l’issue de son procès canonique pour agressions sexuelles, demandent au Vatican de reconnaître la responsabilité du diocèsede Lyon dans cette affaire, afin d’obtenir des réparations financières.

Une quinzaine de courriers ont été adressés jeudi en ce sens au Tribunal suprême de la Signature apostolique, la juridiction supérieure du Saint-Siège à Rome, via le nonce apostolique qui représente le Vatican en France.

Il y a trois mois, le tribunal ecclésiastique présidé par le père Bruno Gonçalves pour juger Bernard Preynat avait condamné le religieux – mis en cause par d’anciens scouts de Sainte-Foy-les-Lyon et à l’origine d’un retentissant scandale de pédophilie en France – à la peine maximale prévue par le droit de l’Église.

Aucune indemnisation pour l’heure

Le tribunal avait alors indiqué qu’il pourrait désormais « se consacrer plus entièrement à l’étude de chacune des demandes de réparation financière » émises par les victimes. Restait à savoir si l’archevêché paierait à la place du condamné, insolvable. Interrogé sur ce point en juillet, le diocèse n’avait pas répondu. Les choses ne semblent guère avoir avancé depuis.

Les victimes souhaitent pourtant que le diocèse les indemnise car elles le tiennent également pour responsable des abus qu’elles ont subis, faute d’avoir écarté le religieux quand ses agissements – commis entre 1976 et 1991 – ont été connus.

« Les différents évêques qui se sont succédé depuis le cardinal Renard (en poste à Lyon jusqu’en 1981, NDLR) savaient que Bernard Preynat était un pédo-criminel. Ils ont fait le choix de le maintenir en poste (jusqu’en 2015, NDLR) au contact d’enfants, en connaissance de cause, sans mesure de contrôle », affirme l’une des victimes dans son courrier.

« Le diocèse doit supporter la responsabilité de ces faits »

« Le diocèse de Lyon doit supporter la responsabilité de ces faits », ajoute-t-elle à l’attention de la juridiction romaine. Les victimes réclament aussi que le père Gonçalves soit écarté de la procédure d’indemnisation en rappelant qu’il a été nommé en 2018 à la tête du tribunal ecclésiastique par le cardinal Philippe Barbarin, condamné ensuite pour ne pas avoir dénoncé à la justice française les agissements de Bernard Preynat.

« Je m’interroge sur son degré de neutralité », écrit une victime dans son courrier. Le pape François a refusé, en mars, la démission du cardinal Barbarin dans l’attente de son jugement en appel, prévu fin novembre. Bernard Preynat, mis en examen depuis 2016, n’a pas encore été jugé par le tribunal correctionnel de Lyon.