Attaque au couteau à la préfecture de Paris : Macron déplore un « véritable drame »

LIVE Suivez en direct les derniers événements concernant l’attaque au couteau contre plusieurs policiers à la préfecture de police de Paris

S. A., T. C., V. V. et M. A.

— 

Quatre policiers ont été tués à coups de couteau, ce jeudi 3 octobre 2019, à la préfecture de Paris.
Quatre policiers ont été tués à coups de couteau, ce jeudi 3 octobre 2019, à la préfecture de Paris. — Martin BUREAU / AFP

L’ESSENTIEL

  • Un homme, armé d’un couteau, a fait irruption dans l’enceinte de la préfecture de police de Paris et attaqué plusieurs policiers.
  • Il a tué quatre policiers, trois hommes et une femme. Un autre policier, gravement blessé, a été évacué « en urgence absolue ».
  • L’auteur de l’attaque, un agent administratif de 45 ans, né à Fort-de-France (Martinique) affecté au service informatique de la DRPP (Direction du renseignement de la préfecture de police), a été abattu. Ses motivations ne sont pas connues pour le moment.
  • Le parquet de Paris a confié l’enquête à la brigade criminelle pour homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique et tentative d’homicide.

VIDÉO

A LIRE AUSSI

23h00: Ce live est terminé

Bonne nuit à tous, on se retrouve demain pour la suite de l'enquête, qui devra notamment éclaircir le motif de l'assaillant.

22h40 : Le point sur ce que l’on sait sur l'assaillant

Le motif de l’assaillant reste inconnu ce soir.  Mickael H., originaire de la Martinique et souffrant d’un handicap de surdité, s’était converti à l’Islam il y a quelques mois. « Il pratiquait sa religion de façon modérée », relativise une source policière  Il « n’avait jamais présenté de difficultés comportementales » ni « le moindre signe d’alerte », a également souligné le ministre de l’Intérieur lors d’un point presse. Un article à lire ici.

21h40 : L'« immense émotion » de l’ancien préfet Michel Delpuech

Sur BFMTV, l’ancien préfet de police de Paris a fait part de son « immense émotion ». « La préfecture de police, la police dans son ensemble, c’est une grande famille. » Il a fait part de ses pensées aux victimes et à leurs familles, ainsi que sa « fraternité avec tous ces compagnons d’arme ».

 

20h48 : « La préfecture de Police est éprouvée par un drame terrible »

 

19h40 : Emmanuel Macron déplore un « véritable drame »

Le président de la République, qui se trouve à Rodez dans le cadre d’un « grand débat » consacré aux retraites avec 500 personnes, a fait observer une minute de silence en soutien aux victimes et à leurs familles et collègues des forces de police.

« Ce midi, il s’est passé dans notre pays, à Paris, un véritable drame », a déclaré le chef de l’Etat après être entré dans la salle des fêtes à 19h30, avec une heure de retard sur l’horaire prévu. « Un individu qui travaillait à la préfecture de police de Paris a tué quatre de ses collègues. Il a ensuite été abattu par un jeune fonctionnaire de police. Je ne peux pas en dire plus aujourd’hui et l’enquête commence », a-t-il ajouté.

Il a indiqué qu’il s’était rendu en début d’après-midi à la préfecture de police « pour être à leurs côtés dans l’émotion et la souffrance ». « J’ai passé deux heures avec des femmes et des hommes remarquables qui (…) jour et nuit font tout pour nous protéger », a-t-il précisé avant de demander la minute de silence « pour ceux qui sont tombés, leurs familles et leurs collègues ». « Ils sont en état de choc (…) Ce sont des gens extrêmement courageux, mais c’est un de leurs collègues qui en a abattu quatre autres. Je vous laisse imaginer ce que cela ferait à chacun », a-t-il déclaré.

 

19h30 : « C’est dur de se dire que c’est quelqu’un de chez nous »

« On savait qu’en tant que flics, on pouvait être menacé, mais on ne pouvait pas imaginer que ça viendrait de la maison. » Quelques heures après qu’un agent administratif de la préfecture de police de Paris a poignardé à mort quatre de ses collègues et grièvement blessé une cinquième, la stupeur peine à retomber. « C’est dur de se dire que c’est sur notre lieu de travail, que c’est quelqu’un de chez nous », poursuit cette jeune fonctionnaire de police, encore sous le choc, rencontrée par Caroline Politi, journaliste à 20 Minutes.

 

19h12 : « Mes premières pensées vont aux familles et aux proches de victimes. Nous sommes à leurs côtés », écrit le secrétaire d’Etat Laurent Nuñez

 

19h07 : Marine Le Pen demande au gouvernement et au parquet de communiquer rapidement le profil et les motivations de l’assaillant pour éviter les rumeurs

 

18h46 : Le « parcours meurtrier » de l’assaillant

L’assaillant a mené son « parcours meurtrier » « entre 12h30 et 13 heures » dans l’enceinte même de la préfecture de police où il travaillait, a affirmé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

L’homme a d’abord poignardé avec un couteau de cuisine trois personnes qui se trouvaient dans les bureaux de son service, la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP).

Dans un escalier, il a ensuite agressé une agent administrative de la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP) et une autre employée de la Direction des ressources humaines. La première est mortellement blessée.

L’assaillant est alors descendu dans la cour du 19 août 1944, la cour centrale de la PP. Après lui avoir intimé l’ordre de lâcher son couteau, un policier de la Direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) l’a abattu avec son arme de service. Il a été touché mortellement à la tête. Un autre policier de la DSPAP, blessé à l’épaule, a été transporté en « urgence absolue » à l’hôpital Percy de Clamart.

18h15 : Aucun élément n’indique que l’assaillant, converti à l’islam, était radicalisé

L’assaillant était converti à l’islam depuis 18 mois, apprend 20 Minutes de source proche du dossier. Cette information est encore en cours de vérification. En revanche, aucun élément n’indique qu’il était radicalisé, insiste cette même source.

17h48 : « Le ministère de l’Intérieur est en deuil » déclare Christophe Castaner

« Le drame survenu à la@prefpolice aujourd’hui nous touche tous et nous bouleverse. Mes pensées accompagnent les familles et proches des victimes mais aussi l’ensemble de nos forces de sécurité dont je partage l’émotion et la tristesse. Le ministère de l’Intérieur est en deuil », a écrit le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, sur Twitter.

 

17h39 : La circulation a repris sur l’île de la Cité, la station Cité rouverte

Le périmètre de sécurité a restreint et la circulation a repris sur l’île de la Cité, selon France Bleu Paris.

 

17h29: Les réactions politiques continuent 

 

17h24 : Si vous avez manqué les déclarations de Christophe Castaner et de Rémy Heitz

Voici le résumé en vidéo

 

16h57 : La femme de l’assaillant a été placée en garde à vue, a confié le parquet de Paris à 20 Minutes

16h40 : Le procureur de la République de Paris prend la parole

Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, confirme la mort de quatre personnes, « des fonctionnaires de deux directions : la DSPAP (Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne) et de la DRPP (Direction du renseignement de la préfecture de police ». Il s’agit de « trois hommes et une femme », « trois fonctionnaires de police et un agent administratif », a ajouté Rémy Heitz.

Il confirme que l’enquête a été confiée à la brigade criminelle pour homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique et tentative d’homicide. L’enquête est en cours afin « de mettre en lumière les motivations de l’auteur ». Une perquisition est en cours au domicile [un immeuble de cinq étages dans une petite résidence calme à Gonesse dans le Val-d'Oise]. Le procureur de la République de Paris a ajouté qu’il restait en contact avec le parquet national antiterroriste.

16h37 : Christophe Castaner s’exprime

L’assaillant est « un homme âgé de 45 ans, adjoint administratif de catégorie C depuis 2003 », a déclaré Christophe Castaner. Il travaillait au service informatique et n'a «jamais présenté de difficulté comportementale».

16h29 : Christophe Castaner reporte son déplacement en Turquie et en Grèce

Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, reporte son déplacement en Turquie et en Grèce après l’attaque à la préfecture de police.

16h24 : Selon nos informations, l’homme est un fonctionnaire originaire des Antilles, qui souffre d’un handicap de surdité

16h15 : Où en est la situation ?

On fait le point dans notre article juste ici​.

16h12 : L’émotion « considérable » de Richard Ferrand

« Un terrible drame est survenu à la #Préfecture de Police de Paris. Mon émotion est considérable face au bilan humain, déjà très lourd. J’adresse mes pensées solidaires et attristées aux policiers et au personnel de la » préfecture de police de Paris, a écrit le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand sur Twitter.

 

16h10 : Nicole Belloubet réagit à l’Assemblée nationale

« Je voudrais assurer les victimes et leurs familles de toutes nos pensées », a déclaré Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, à l’Assemblée nationale.

« Je souhaitais dire aux agents et fonctionnaires de la préfecture de police qu’ils peuvent être assurés, en ces circonstances tragiques, de notre soutien le plus total », a-t-elle ajouté.

16h09 : Un drame survenu au lendemain de la « marche de la colère » des policiers

Cette agression a eu lieu au lendemain d’une « marche de la colère » des policiers, qui a rassemblé 27.000 personnes, selon les organisateurs, sur fond de malaise de l’institution, de hausse des suicides et de réforme des retraites.

16h04 : Un hommage rendu au Sénat

Au Sénat, la sénatrice PS Marie-Pierre de la Gontrie est intervenue en séance pour exprimer ses « pensées solidaires pour l’ensemble des fonctionnaires de la préfecture de police de Paris ».

« Tout le Sénat s’associe à vos propos », a déclaré la vice-présidente Catherine Troendlé (LR).

15h58 : L’assaillant souffrait d’un handicap

L’assaillant, abattu dans la cour de la préfecture, travaillait à la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), ont indiqué des sources concordantes. Cet employé faisait partie du service informatique de la DRPP et souffrait d’un handicap.

Les quatre personnes tuées sont des fonctionnaires de la préfecture de police, selon des sources concordantes. Une autre personne a été évacuée « en urgence absolue » vers l’hôpital d’instruction des armées Percy à Clamart, selon une autre source proche du dossier.

15h54 : Unanime, la classe politique adresse son soutien aux victimes, leurs proches et leurs collègues

 

15h48 : « Chaleureuses pensées et indéfectible soutien aux policiers »

« Chaleureuses pensées et indéfectible soutien aux policiers de la Préfecture de police tragiquement éprouvés, au sein même de la préfecture de police », s’est ému le préfet Eric Morvan, directeur général de la police national

 

15h39 : La station Cité sur la ligne 4 ne sera réouverte que sur autorisation de la préfecture

 

15h29 : La situation est « en cours d’évaluation », selon le parquet
Contacté par 20 Minutes, le parquet de Paris précise que « la situation est en cours d’évaluation avec le parquet national antiterroriste ». La piste terroriste n’est donc ni privilégiée, ni exclue à ce stade.

15h20 : L’assaillant avait « plus de 20 ans de maison »

L’assaillant, un agent administratif affecté à la DRPP (direction du renseignement de la préfecture de police), avait « plus de 20 ans de maison », a indiqué à la presse Loïc Travers, le secrétaire Ile-de-France du syndicat Alliance Police nationale. « Il ne posait strictement aucun problème », a-t-il ajouté.

15h16 : Le parquet antiterroriste n'est pas saisi
Contacté par 20 Minutes, le parquet national antiterroriste confirme qu'il n'est toujours pas «saisi» de l'enquête à cette heure. C'est le parquet de Paris qui «en l'état» s'occupe de ce dossier pour le moment. Selon nos informations, le procureur de Paris doit se rendre sur les lieux.

15h13 : Emmanuel Macron est sur place

Emmanuel Macron s’est rendu ce jeudi à la préfecture de police de Paris « pour témoigner son soutien et sa solidarité à l’ensemble des personnels » après la mort de quatre policiers, tués à coups de couteau par un employé, a indiqué l’Elysée.

Le chef de l’Etat est accompagné du Premier ministre Edouard Philippe, du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et du secrétaire d’Etat Laurent Nuñez.

Le déplacement du président, ce jeudi soir, à Rodez (Aveyron) pour un débat sur les retraites est maintenu « à ce stade », a ajouté la présidence.

15h11 : Un témoin qui déjeunait à côté raconte la scène

Il était 13h30 quand les clients de la célèbre brasserie Les Deux Palais, située juste à côté de la Préfecture de police, ont été évacués par les policiers en toute urgence. «Ils ont fait les additions fissa, raconte à 20 Minutes un avocat qui déjeunait sur place avec un confrère. En sortant, on a entendu les policiers dire 'C'est un attentat ! C'est un attentat !' Et on a été virés...» Un autre témoin de la scène précise que peu auparavant, des dizaines de policiers ont traversé la place Louis Lépine en courant pour entrer précipitamment dans la Préfecture où les faits venaient de se produire.

15h10 : Le périmètre bouclé devant la préfecture de police

«Un silence particulier» règne sur l'esplanade devant la préfecture de police rapporte Caroline Politi, journaliste à 20 Minutes, sur place.

 

15h06 : Les députés observent une minute de silence à l'Assemblée nationale

 

15h03 : Les travaux suspendus au Conseil de Paris

 

14h52 : Les enquêteurs explorent la piste d'un conflit personnel

Selon des sources concordantes, les enquêteurs explorent notamment la piste d'un conflit personnel. L'auteur des faits travaillait à la Direction du renseignement de la préfecture de police.

14h50 : « Paris pleure les siens cet après-midi », tweete Anne Hidalgo

« En mon nom et celui des Parisiens, mes premières pensées vont aux familles des victimes et à leurs proches », écrit la maire de Paris Anne Hidalgo sur Twitter. « Lors du #ConseilDeParis, nous rendrons hommage aux victimes et nous saluerons l’engagement sans faille des membres des forces de l’ordre au service de la sécurité des Parisiennes et des Parisiens. Nous savons ce que nous leur devons », ajoute-t-elle.

 

14h45 : Edouard Philippe et Christophe Castaner sont sur place

Selon une source proche, le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner sont sur place.

14h40 : Le bilan s’alourdit à cinq morts

Selon nos informations, quatre policiers sont morts lors de l’attaque. Un autre policier a été blessé. L’assaillant a été abattu.

14h23 : Le déroulé de l’attaque

Selon les informations recueillies par 20 Minutes auprès d’une source proche du dossier : dans un des bâtiments, l’assaillant a d’abord attaqué une policière au couteau. Il est ensuite descendu par les escaliers, et s’est attaqué à une autre policière qu’il a croisée. Il est ensuite sorti dans la cour. C’est à ce moment-là qu’il a été neutralisé par les policiers.

La brigade criminelle de la police judiciaire a été saisie.

14h18 : Une seconde policière grièvement blessée

Selon nos informations, une deuxième policière a été grièvement blessée. Elle est en arrêt cardio-respiratoire.

14h07 : Une policière tuée, l’assaillant est un agent de la préfecture de police

Selon nos informations, l’agresseur est un agent de la préfecture de police, au moins une policière a été tuée.

14h04 : La station Cité sur la ligne 4 fermée

La RATP a annoncé la fermeture de la station Cité sur la ligne 4 par mesure de sécurité.

 

14h02 : Le parquet antiterroriste n'est pas saisi

A ce stade de la situation, le parquet antiterroriste surveille la situation.

14h00 : Un important dispositif est en train de se mettre en place

Selon les images du journaliste de Brut, Remy Buisine, un important dispositif est en train de se mettre en place autour de la préfecture de police.

Le quartier a été bouclé.

 

13h57 : Christophe Castaner se rend sur place

Le ministre de l’Intérieur se rend sur place avec le préfet de police, Didier Lallement et le procureur de Paris, Remy Heitz.

13h55 : L'auteur de l'attaque a été tué

Selon nos informations, plusieurs agents ont été blessés lors de l’attaque, dont certains grièvement. Les policiers ont riposté avec leurs armes. L’agresseur aurait été tué. Pour l’heure, ses motivations ne sont pas connues.

Bonjour à tous. Bienvenue sur ce live. 

Un homme est rentré, ce jeudi midi, dans l’enceinte de la préfecture de police de Paris armé d’un couteau et s’est attaqué à des policiers.