Incendie de l'usine Lubrizol à Rouen : Il n’y a « pas de risque avéré » lié à l’amiante dans les premières analyses

ENQUETE Le préfet de Seine-Maritime a tenu une conférence de presse ce mardi

20 Minutes avec AFP

— 

La fuite de gaz malodorant à l'usine Lubrizol de Rouen ressentie fin janvier jusqu'en région parisienne et en Angleterre, est due à trois séries de causes, humaines et techniques, selon une synthèse du ministère de l'Ecologie mise en ligne jeudi.
La fuite de gaz malodorant à l'usine Lubrizol de Rouen ressentie fin janvier jusqu'en région parisienne et en Angleterre, est due à trois séries de causes, humaines et techniques, selon une synthèse du ministère de l'Ecologie mise en ligne jeudi. — Charly Triballeau AFP

On en sait un peu plus sur les produits présents dans l’usine Lubrizol, qui a brûlé à Rouen jeudi. Selon le préfet de Seine-Maritime qui a tenu une conférence de presse ce mardi, « la liste des produits présents dans l’entrepôt a été établie et sera mise en ligne sur le site de la préfecture dès cet après-midi ». Cette liste sera accompagnée d’une « fiche de sécurité de chacun des produits ».

D’après le directeur départemental du directeur départemental du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS), également présent à la conférence de presse, « aucune fibre d’amiante n’a été détectée dans l’air ». « Avec cette première série de relevés, le risque lié à l’amiante n’est pas avéré », a-t-il indiqué. D’autres études devraient également être réalisées. 

Le préfet a aussi indiqué que «160 fûts dans un état délicat» restent à évacuer de l'usine.