Incendie de l’usine Lubrizol à Rouen : La liste des produits stockés va être dévoilée, annonce Edouard Philippe

TRANSPARENCE Le préfet rendra aussi public la quantité des produits qui ont brûlé

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est rendu le 30 septembre sur le site de l'usine Lubrizol à Rouen, théâtre d'un important incendie dans la nuit du 25 au 26 septembre.
Le Premier ministre Edouard Philippe s'est rendu le 30 septembre sur le site de l'usine Lubrizol à Rouen, théâtre d'un important incendie dans la nuit du 25 au 26 septembre. — Robin Letellier/SIPA

La liste des produits entreposés dans « les bâtiments » de l'usine Lubrizol de Rouen « qui ont brûlé », sera dévoilée ce mardi après-midi par le préfet de Normandie, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe.

Le préfet « rendra publique » également « la quantité des produits qui ont brûlé », a précisé le Premier ministre devant l’Assemblée nationale, cinq jours après l’incendie sur ce site classé Seveso. Le chef du gouvernement a rappelé que « depuis fin 2017 et pour des raisons de sécurité que chacun peut comprendre, la liste complète des substances présentes sur les sites Seveso n’est plus rendue publique », même si « elle est connue » par les autorités.

Constitution d’une cellule nationale d’appui scientifique

Assurant que les analyses actuelles faisaient « apparaître un état habituel de la qualité de l’air », Edouard Philippe a précisé que des « premiers résultats » seront disponibles « dans la journée » concernant des « analyses complémentaires » engagées « pour vérifier si des fibres d’amiante sont présentes dans l’air (…) dans un rayon de 300 mètres ».

Le préfet sera épaulé par une « cellule nationale d’appui scientifique » composée du « directeur général de l’Ineris qui est l’organisme chargé en France de l’expertise en matière de risques industriels, un expert de Santé publique France, l’organisme qui est chargé de protéger la santé des populations, et le chef du service de pneumologie du centre hospitalier universitaire de Rouen », a ajouté le Premier ministre.

« Une transparence absolue »

De même, Edouard Philippe a réaffirmé la volonté du gouvernement de faire une «transparence absolue ». Dans cette perspective, les résultats des prélèvements « dans l’eau, dans l’air, dans les sols (…) sont rendus publics au fur et à mesure de leur arrivée », a-t-il insisté.

Le Premier ministre était interpellé par le député de Seine-Maritime Christophe Bouillon, qui lui demandait notamment « la reconnaissance de l’état de catastrophe technologique », « une mesure concrète pour faciliter l’indemnisation des habitants ».

« Ce régime vise à traiter les accidents avec un très fort impact sur les biens immobiliers », a répondu Edouard Philippe. « Et je ne suis pas sûr au moment où je vous parle que les conditions d’applications précises soient réunies en l’espèce », a-t-il dit, en qualifiant sa réponse de « provisoire ».