Pourquoi l’hommage à Jacques Chirac dans les écoles hérisse certains enseignants

EDUCATION Les profs sont invités ce lundi à évoquer la mémoire de l’ancien président dans un cours et à observer une minute de silence à 15h

Delphine Bancaud

— 

Une photo de l'ancien président Chirac.
Une photo de l'ancien président Chirac. — Jacques Witt/SIPA
  • Les enseignants sont invités, s’ils le veulent, à évoquer lundi dans un cours « la mémoire de l’ancien chef de l’Etat », a précisé une circulaire du Premier ministre, publiée vendredi au Journal Officiel.
  • Si certains d’eux trouvent la demande justifiée, d’autres estiment que l’intérêt pédagogique est mince.
  • Le principal syndicat du premier degré, « Les stylos rouges » et plusieurs enseignants ont mis en parallèle cette suggestion d’hommage à Chirac et le silence qui règne après le décès de Christine Renon, une directrice d’école de Pantin retrouvée morte dans sa maternelle.

Permettre aux élèves de participer, ce lundi, à la journée de deuil national en hommage à l’ancien président Jacques Chirac, décédé jeudi à l’âge de 86 ans. Les enseignants sont invités, s’ils le veulent, à évoquer lundi dans un cours « la mémoire de l’ancien chef de l’Etat », a précisé une circulaire du Premier ministre, publiée vendredi au Journal Officiel. Une minute de silence est également prévue dans les établissements scolaires à 15h.

Pour aider les enseignants qui voudraient évoquer la carrière de Jacques Chirac, « des idées de sujets sur lesquels s’appuyer ont été publiées sur le portail du ministère (Eduscol). Les équipes pédagogiques adapteront ainsi le contenu de leur évocation en fonction de l’âge des élèves », explique à 20 Minutes le ministère de l’Education.

« C’est l’occasion de renforcer l’esprit citoyen des élèves »

Reste que cette recommandation d’évoquer l’ancien président de la République est diversement accueillie dans le monde enseignant. Certains profs, à l’instar de Stéphane Crochet, secrétaire général du SE-Unsa, la trouvent pleinement justifiée. « C’est le rôle de l’école de rendre hommage à un président, et c’est l’occasion de renforcer l’esprit citoyen des élèves. Mais il faut prendre du temps pour donner un sens à cet événement, car pour nos élèves, Jacques Chirac est très lointain », explique-t-il.

Si dans les écoles primaires, l’hommage risque de se limiter à un moment de recueillement, dans les collèges et les lycées, il pourrait être plus élaboré. « Les enseignants ne feront pas un long cours sur Chirac, mais expliqueront les grandes étapes de sa carrière politique rappelleront quelques-uns de ses faits d’armes marquants, comme son discours sur la rafle du Vél’ d’Hiv ou sa non-participation à la guerre du Golfe », estime-t-il.

Le décès de Christine Renon mis en parallèle

Mais cette invitation à célébrer la mémoire de Jacques Chirac irrite certains enseignants. D’autant qu’elle tombe à un moment de crispation particulier de la communauté enseignante, après le décès de Christine Renon, une directrice d’école qui a été retrouvée morte la semaine dernière dans son établissement à Pantin (Seine-Saint-Denis), après avoir laissé une lettre mettant en cause l’Education nationale. « La disproportion entre la demande de minute de silence à effectuer lundi en hommage à Jacques Chirac et le silence assourdissant de l’Éducation nationale autour du décès de notre collègue Christine Renon est choquante. Un simple tweet ministériel pour une victime de souffrance au travail contre une interprétation maximaliste de la circulaire du Premier ministre évoquant la possibilité, et non l’obligation, pour les agents des services publics, et non les usagers que sont les élèves, d’assister à un hommage à l’ancien président », s’insurge ainsi le SNUipp dans un communiqué.

Sur Twitter, plusieurs enseignants ont aussi manifesté leur incompréhension. « Quand j’ai vu qu’il était question d’une minute de silence dans toutes les écoles de France ce lundi, j’ai cru qu’il s’agissait d’un hommage à #ChristineReno. Je suis vraiment trop naïf », a ainsi tweeté Mr le prof, qui enseigne l’anglais. « La mort de Christine Renon et celle de Jacques Chirac se sont télescopées. Et la différence de traitement par l’institution est marquante. Celle de Christine Renon, on n’en parle pas, alors que l’on en fait des tonnes pour Jacques Chirac, que les élèves ne connaissent même pas », explique-t-il à 20 Minutes.

L’intérêt pédagogique de l’hommage à Chirac contesté

Certains enseignants ont décidé de remplacer l’hommage à Jacques Chirac par un pour Christine Renon, à l’instar des Stylos rouges, un collectif de profs né en pleine crise des « gilets jaunes ».

Idem pour le professeur de philosophie René Chiche : « Lundi, dans ma classe, je ferai respecter une minute de silence. A la mémoire de Christine Renon. Directrice d’école épuisée. C’est tout », a-t-il indiqué sur Twitter.

Enfin, certains enseignants contestent l’intérêt pédagogique de l’hommage à Jacques Chirac. « Je travaille en ce moment en seconde sur l’Antiquité, en première sur la Révolution française, et en terminale sur la guerre d’Algérie… Quel intérêt pédagogique à amener le sujet Chirac comme un cheveu sur la soupe ? », interroge un professeur du lycée Angela Davis de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), contacté par l’AFP, et qui refusera de répondre à « cette injonction du ministère ».

Quant aux parents d’élèves, ils ne sont pas en reste et ont ironisé sur les ressources pédagogiques proposées par le ministère pour rendre hommage à Jacques Chirac.