Crise aux urgences : Les Français soutiennent massivement le mouvement de grève

SOLIDARITE Les mesures annoncées en faveur des urgences début septembre par Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, n’ont pas fait évoluer l’opinion

20 Minutes avec AFP

— 

Une banderole situé devant un service d'urgence en grève, à Bourgoin-Jallieu.
Une banderole situé devant un service d'urgence en grève, à Bourgoin-Jallieu. — ALLILI MOURAD/SIPA

Neuf personnes sur dix soutiennent toujours la grève des services d’urgence, selon un sondage Odoxa réalisé pour Le Figaro et Franceinfo publié dimanche. Français et Françaises comme les personnels hospitaliers n’ont pas été convaincus par les mesures annoncées par la ministre de la Santé et des solidarités Agnès Buzyn : 64 % de la population générale et 86 % des personnels hospitaliers estiment que ce plan n’est pas suffisant.

Après les annonces de la ministre, 89 % des personnes interrogées (contre 92 % en juin) et 93 % de personnels hospitaliers (96 % en juin) soutiennent le mouvement de grève. Pourtant, l’étude note qu’au cours des mois d’été, la part de Français et des Françaises affectées par un problème de santé a été historiquement bas à 18 %, contre 23 % au mois de juin (21 % en septembre 2018). La population a moins fréquenté les urgences qu’en mai-juin dernier, selon ce baromètre Odoxa (100.000 à 200.000 passages en moins sur un trimestre).

Les personnels hospitaliers plus souvent malades que les autres

Mais cette amélioration n’a pas été ressentie par les personnels hospitaliers : 55 % d’entre eux et elles pensent que les problèmes de santé de la population ont eu tendance à augmenter ces derniers mois. Les personnels hospitaliers sont aussi nettement plus malades que leurs patients et patientes (29 %, soit 11 points de plus que la population générale). Les personnels hospitaliers sont aussi nettement plus insatisfaits au travail que leurs concitoyens et concitoyennes : 1 sur 2 est insatisfait (48 %) alors que 77 % de la population générale est satisfaite de son travail.

« La crise des urgences n’est probablement que le reflet d’une crise plus globale touchant l’ensemble du personnel hospitalier depuis ces deux dernières années », estime l’étude, notant que l’insatisfaction a bondi de 12 points entre novembre 2017 (36 % d’insatisfaits parmi les personnels hospitaliers) et aujourd’hui.

L'enquête a été réalisée auprès d'un échantillon de 1.005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus interrogées par internet les 18 et 19 septembre, ainsi qu'auprès de 1.082 professionnels de santé hospitaliers (du 18 au 24 septembre par internet).