Drôme: Après Montélimar, l’hôpital de Valence ferme à son tour ses blocs opératoires en raison d’une série de malaises

SANTE L’hôpital de Valence a fermé ses blocs jusqu’à nouvel ordre à la suite de plusieurs malaises observés chez des patients et du personnel. Une situation similaire avait conduit à la fermeture des blocs à Montélimar récemment

Elisa Frisullo

— 

17/06/2015 Illustration dans un bloc opératoire.
17/06/2015 Illustration dans un bloc opératoire. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Une coïncidence qui a de quoi troubler. Depuis jeudi après-midi, les blocs opératoires de l'hôpital de Valence​ (Drôme) sont fermés jusqu’à nouvel ordre après une série de malaises survenue chez certains malades et personnels. Maux de tête, nausées, vomissements… Une vingtaine de personnes a été prise en charge par les pompiers, rapporte France Bleu. 

Cet incident intervient quelques semaines seulement après la fermeture des blocs opératoires de Montélimar, qui étaient restés vides pendant cinq jours, début septembre, à la suite de malaises similaires observés au sein de l’hôpital.

Aucune toxicité à Montélimar

Les analyses menées alors n’avaient relevé aucune toxicité de l’air dans les blocs opératoires et l’activité avait finalement repris sans que le mystère ne soit élucidé, rappelle Le Dauphiné. A Valence, neuf blocs ont été fermés immédiatement et deux autres plus tardivement, de plus longues opérations s’y déroulant ce 26 septembre.

« Les patients ont été évacués vers d’autres hôpitaux (…) Le SDIS (Service départemental d’incendie et de secours), une unité spécialisée dans la gestion des risques technologiques en provenance de Lyon et l’Agence régionale de santé (ARS) restent actuellement mobilisées sur site afin de diriger les opérations ainsi que les premières analyses et autres prélèvements », a indiqué jeudi dans un communiqué le maire de Valence et président du conseil de surveillance du centre hospitalier, Nicolas Daragon.

Jeudi soir, la source de ces malaises n’était pas connue.

Conclusions sur l’hôpital Nord : plusieurs causes avancées