Toulouse : Elle sauve son guide, son record d’ascension du Kilimandjaro n’est pas homologué

ASCENSION Vanessa Morales, une infirmière de la région toulousaine, a battu le record de vitesse d’ascension du Kilimandjaro. Mais pour sauver son guide pris de malaises, elle a dû faire des pauses qui lui ont coûté l’homologation

B.C.

— 

Vanessa Morales, une infirmière de la région toulousaine, a battu le record de vitesse d'ascension du Kilimandjaro, sans qu'il soit homologué.
Vanessa Morales, une infirmière de la région toulousaine, a battu le record de vitesse d'ascension du Kilimandjaro, sans qu'il soit homologué. — Vanessa Morales Facebook

Elle a fait le choix « évident » de sauver son guide. Vanessa Morales, une jeune maman de 36 ans installée dans la région toulousaine, a réalisé le 16 septembre l’ascension du  Kilimandjaro. Objectif : battre un record de vitesse pour gravir les pentes du toit de l’Afrique qui culmine à 5.895 mètres d’altitude.

Cette performance, cette infirmière l’a réussie. Elle est arrivée en 6h58 au sommet par la Western Breach et, avec la redescente, a validé un record en 9h58 et 49 secondes. Mais son ascension n’a pas été de tout repos.

« Au-dessus d’Arrow Camp, à 4.900m, mon guide Ronald a fait une série de malaises, nous sommes sur la Western Breach à 5.100 m. Il rampe, jusqu’à ne plus pouvoir bouger et se voir mourir. Je prends la décision d’arrêter mon chronomètre, le temps de l’assister et le temps qu’il tienne debout. Le chrono n’est plus ma priorité », raconte-t-elle sur sa page Facebook.

« Partie remise »…

Volontaire chez les sapeurs-pompiers, et habituée des trails en montagne, elle sait que ce genre de malaises peut tourner au drame. Elle a donc fait appel à des secours, a pu atteindre le sommet avant de redescendre.

Son chrono, deux guides l’ont validé, mais son record n’a pu être homologué. « Ce n’est que partie remise », affirme cette battante qui défendait à travers sa course la lutte contre la sclérose en plaques. Quant à son record, si « la déception est immense », elle a d’autres satisfactions. « Ronald nous a accueillis dans son village et les remerciements, les larmes de ses proches valent tous les records », indique-t-elle sur sa page Facebook.