Dès 2020, les cryptomonnaies seront acceptées dans une trentaine de grandes enseignes

ECONOMIE Dans un premier temps, le bitcoin sera la seule cryptomonnaie acceptée

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un bitcoin.
Illustration d'un bitcoin. — CHAMUSSY/SIPA

Décathlon, Sephora, Boulanger, Foot Locker ou encore Maisons du Monde… Dès 2020, plus de 25.000 points de ventes proposeront à leurs clients de payer leurs achats en cryptomonnaies, ont annoncé plusieurs sociétés partenaires issues du secteur du paiement numérique, ce mardi.

D’ici le premier trimestre 2020, une trentaine d’enseignes (Boulanger, Foot Locker, Décathlon, Conforama, Maison du Monde, Intersport, Cultura, Norauto et Sephora), auront accès à cette solution de paiement grâce à East2PlayPayment et l’application EasyWallet, développée en partenariat avec Global POS, ont-elles précisé dans le communiqué.

Entre 3 et 6 % des Français posséderaient des crypto-monnaies

« Le fonctionnement habituel des enseignes ne sera pas impacté puisque les plateformes d’échange seront en charge de la conversion des cryptomonnaies en euros », souligne le communiqué. Les cryptomonnaies, comme le bitcoin, sont des devises virtuelles reposant sur une chaîne de blocs, ou « blockchain ». Selon différentes enquêtes sectorielles datant de 2017 et 2018, entre 3 et 6 % des Français en posséderaient.

Faite en marge du salon Paris Retail Week, cette annonce, estime Global POS, qui se présente comme « le leader de la dématérialisation des remboursements des titres prépayés et du paiement digital » (numérique), est plus qu’une « étape symbolique » : elle va donner la possibilité aux distributeurs de « rentrer sans risque dans l’univers de l’économie 3.0 ».

Un dispositif favorisé par la promulgation de la loi Pacte

« Si, dans un premier temps, le service que nous proposons ne permettra de dépenser que des bitcoins, notre objectif est d’ouvrir notre solution à d’autres cryptomonnaies dans le futur », précise Stéphane Djiane, dirigeant et fondateur de Global POS, cité dans le communiqué. Pour Grégory Hervein, co-fondateur de l’enseigne Moustaches (produits pour chiens et chats), « l’acceptation des cryptomonnaies est un véritable défi pour les enseignes (et) nous sommes conscients de l’attente du public et de la portée du message que nous envoyons à toute une communauté ».

« Nous sommes heureux de pouvoir rendre cet écosystème plus concret pour les consommateurs et de rentrer dans la cryptoéconomie dans un cadre légal », favorisé par la promulgation de la loi Pacte, ajoute-t-il, cité dans le communiqué.