Marseille : Fin de grève, après 167 jours, pour les femmes de chambre d’un 4 étoiles

SOCIAL Les grévistes réclamaient notamment le versement d’indemnités repas et transports, un 13e mois, et la reconnaissance de leur qualification dans cet hôtel haut de gamme

20 Minutes avec AFP

— 

Deux femmes de chambre refont un lit dans un hôtel
Deux femmes de chambre refont un lit dans un hôtel — Franck Fife AFP

Les femmes de chambre d’un hôtel quatre étoiles de Marseille en grève depuis 167 jours ont annoncé dimanche la suspension de leur mouvement contre leur employeur, le groupe Elior Services, à qui elles réclamaient une amélioration de leurs conditions salariales et de travail.

« La reprise du travail sera effective sur le site ce lundi », a annoncé dimanche soir dans un communiqué le syndicat CNT. « Le mouvement n’aura pas rempli ses objectifs revendicatifs, notamment en termes d’avancée sur les rémunérations (…) mais il sera allé au-delà », poursuit le communiqué.

Versement d’indemnités repas et transports

« Conflit emblématique des luttes actuelles des invisibles de la propreté, il aura contribué à mettre sur la place publique les conditions de travail et de vie des salariées du secteur », estime le syndicat. Les grévistes réclamaient notamment le versement d'indemnités repas et transports, un 13e mois, et la reconnaissance de leur qualification dans cet hôtel haut de gamme.

Le 22 août, elles n'étaient plus que huit femmes de chambre encore en grève, après l’abandon du mouvement par trois de leurs collègues. Une procédure de médiation avait été proposée par la préfecture de région, médiation attaquée par le syndicat qui dénonçait « le rôle partial de la médiatrice nommée par le préfet ».