VIDEO. Pesticides : Voici pourquoi des agriculteurs vont allumer des feux dans la campagne de Haute-Garonne

AGRICULTURE La FDSEA 31 lance l’opération « Campagne en feu » tous les soirs de lundi à jeudi. Le syndicat agricole proteste contre un projet de décret sur la distance minimale entre les habitations et les zones d’épandage de pesticides

N.S.
Un feu allumé par des agriculteurs devant l'usine Lactalis de Laval, le 27 juillet 2015.
Un feu allumé par des agriculteurs devant l'usine Lactalis de Laval, le 27 juillet 2015. — Jean-Marc David / Sipa

Vous habitez une commune de Haute-Garonne ? Si vous voyez des flammes près de chez vous aux alentours de 21h, entre lundi et jeudi, il s’agit peut-être de l’œuvre d’agriculteurs de  la FDSEA 31. Le syndicat, comme plusieurs autres branches départementales de la FNSEA, lance l’opération « Campagne en feu » pour protester contre un projet de décret et d’arrêté sur l’usage des pesticides à proximité des habitations.

Ce projet fait l’objet d'une consultation publique lancée par le gouvernement le 9 septembre, qui doit s’achever le 1er octobre. Il y est notamment question d’établir des distances minimales à respecter entre les zones d’épandage et les zones d’habitation, comprises entre cinq mètres pour les « cultures basses » comme les céréales, et dix mètres pour les « cultures hautes » (viticulture, arboriculture…).

Ces distances pourraient être respectivement ramenées à trois et cinq mètres, dans le cadre de chartes départementales, après échanges entre agriculteurs, riverains et élus.

Pour la FDSEA 31, ce projet est « inacceptable ». Dans un communiqué, le syndicat indique : « les agriculteurs français sont formés à l’utilisation des produits phytosanitaires, utilisent du matériel de précision et des produits homologués par les autorités sanitaires ». En outre, « des ZNT [zones de non traitement] le long des cours d’eau, mais aussi des mesures de protection à proximité des lieux accueillant des personnes sensibles, existent déjà ».


Avec des flammes, la FDSEA 31 veut symboliser dans chaque canton l’état « des campagnes à feu et à sang ».